Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Toujours plus d’hydrogène en Bourgogne Franche-Comté

Énergie. L’entreprise Gen-Hy a choisi le pays de Montbéliard pour installer la première usine française d’électrolyseurs hydrogène intégrant sa technologie AEM. L’écosystème dans ce secteur d’activité, les nombreux industriels présents sur le territoire ainsi que son emplacement stratégique ont séduit cette société.

L'usine Gen-Hy s'installe à Montbéliard dans le Doubs
La future usine Gen-Hy devrait recruter 120 personnes d’ici trois ans pour produire des électrolyseurs hydrogène nouvelle génération. Une première en France.

Développer une filière technologique 100% française de l’hydrogène, tel est l’objectif de la société Gen-Hy qui a choisi le pays de Montbéliard pour implanter son usine. « Notre particularité repose sur le développement en interne de toute notre technologie quand d’autres assemblent des éléments qu’ils achètent à l’étranger » explique Sébastien Le Pollès, président de Gen-Hy. L’entreprise se targue d’être la seule société au monde à maîtriser l’ensemble de la chaîne de valeur de l’électrolyse : production des membranes, dépôts catalytiques et intégration des stacks (générateurs d’hydrogène). Le système breveté d’électrolyseurs Hy-Cube, modulaire et agile, est destiné aux systèmes hydrogène on-site (fabrication sur place) de taille moyenne (50 kilowatts à quatre mégawatts). La nouvelle génération d’électrolyseurs, intégrant la technologie AEM (Anion exchange membrane), conçus par Gen-Hy répondra tout aussi bien aux attentes du secteur de l’automobile qu’aux industriels de l’agroalimentaire, des microcomposants, des énergies renouvelables… Fruit d’une collaboration de cinq ans avec des laboratoires français et la Direction générale de l’Armement (DGA), cette innovation permet d’atteindre une efficacité énergétique de plus de 85 % sans utilisation de métaux rares.

L’emplacement idéal

Sur la zone d’activité Technoland 2 au sein du Pays de Montbéliard Agglomération, Gen-Hy veut s’entourer d’un écosystème de l’hydrogène déjà en place et complémentaire. « Nous avons également été attiré par la présence de nombreux acteurs de l’automobile, une situation proche de la Suisse et de l’Allemagne qui seront des marchés intéressants pour nous mais aussi par l’accueil que l’on nous a réservé et par la disponibilité du foncier. » Gen-Hy va installer une usine de 8.000 mètres carrés sur une parcelle de quatre hectares. L’investissement prévu s’élèvera à 15 millions d’euros, hors immobilier, tandis que le site devrait être opérationnel en 2023. « La première ligne de production permettra de créer une quarantaine d’emplois et nous espérons arriver à 120 personnes d’ici trois ans. »

Nadège Hubert