Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Train à hydrogène et navette autonome

Transport. En 2022, SNCF Réseau BFC investit cinq millions d’euros dans de nouvelles fonctionnalités pour rendre son réseau plus performant. Une quête d’innovation qui prend notamment la forme d’un train à hydrogène et d’une navette autonome. Découverte.

Le train à hydrogène qui sera déployé en BFC à l’horizon 2025. SNCF Réseau

Quand il s’agit de rendre son réseau plus performant, SNCF Réseau n’hésite pas à investir dans de nouvelles technologies avant-gardistes, à l’image du futur train à hydrogène dont les premiers essais sont prévus pour fin 2023. La SNCF s’est ainsi engagée à réduire de 30 % ses émissions de CO2 entre 2015 et 2030 et à atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour y parvenir, plusieurs projets ambitieux d’innovation ont été initiés : TER hybride, batteries, train hydrogène... Le train hydrogène apparaît, à terme, comme une solution « zéro émission carbone » au trafic régional non électrifié. Il pourrait également constituer une alternative aux projets d’électrification ou de régénération de certaines lignes. À l’automne 2020, le gouvernement français, dans le cadre du Plan France Relance, a annoncé un plan hydrogène de 30 milliards d’euros en faveur de la transition écologique.

Première expérimentation prévue pour 2024

Jérôme Grand, directeur territorial Bourgogne Franche-Comté chez SNCF Réseau entouré de Fabien Sudry, préfet de Bourgogne Franche-Comté et de Michel Neugnot, premier vice-président de la région Bourgogne Franche-Comté. SNCF Réseau

Ce plan hydrogène français représente un investissement de 7,2 milliards d’euros d’ici à 2030, dont deux milliards sur 2020-2022. En mars 2021, 12 rames Régiolis H2 ont été officiellement commandées auprès d’Alstom pour un déploiement dans quatre régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Grand Est et Occitanie. Les premiers essais des TER à hydrogène sont prévus pour fin 2023. « En Bourgogne Franche-Comté, le développement du train hydrogène est prévu dans un premier temps sur la ligne Laroche-Migennes-Auxerre à l’horizon 2025 », précise Jérôme Grand, directeur territorial BFC chez SNCF Réseau. Autre projet atypique, celui de la mobilité autonome sur la ligne Étang-sur-Arroux. Sur les 3.076 kilomètres de voies que compte le réseau ferré de Bourgogne Franche-Comté, SNCF Réseau est le propriétaire de 693 kilomètres de lignes non circulées.

La navette autonome qui devrait circuler sur la ligne Étang-sur-Arroux / Autun. SNCF Réseau

Ces emprises ferroviaires, sur lesquelles les circulations commerciales ont cessé, peuvent néanmoins connaître une deuxième vie. Une réflexion commune a été engagée entre SNCF Réseau Bourgogne Franche-Comté, la région Bourgogne Franche-Comté et les élus locaux concernant un projet de navette autonome sur la ligne Étang-sur-Arroux / Autun fermée aux circulations depuis juillet 2020. Cette ligne, d’environ 20 kilomètres, qui offre un potentiel de trafic trop faible pour justifier une desserte purement ferroviaire, est parfaitement adaptée à la navette ultra légère Flexy. Capable de rouler à la fois sur rail et sur route, elle permet d’assurer une desserte particulièrement fine des zones d’habitation et villages situés dans un voisinage proche de la ligne ferroviaire en quittant la voie ferrée pour emprunter la route, lors de tournées où sont pris en charge les voyageurs. Ce type de projet fait l’objet d’un appel à manifestation d’intérêt par l’État et sa première expérimentation est prévue pour 2024.

Frédéric Chevalier