Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Un centre de formation nucléaire en Saône-et-Loire

Formation. Avec 3.000 salariés en Bourgogne, le leader international du nucléaire Framatome ouvrira en 2023 un centre de formation et d’expertise nucléaire à Saint-Marcel.

Le futur centre de formation et d’expertise nucléaire à Saint-Marcel en Saône-et-Loire. Framatome

Après l’annonce du Président de la République Emmanuel Macron de construire 14 nouveaux EPR dans le cadre de sa politique de développement de la production électrique, la Saône-et-Loire sait qu’elle a un atout à jouer : la présence de plus en plus importante sur son territoires des industries nucléaires et notamment Framatome qui représente 3.000 emplois en Bourgogne et détenu par le Groupe EDF (75,5 %), Mitsubishi Heavy Industries (MHI – 19,5 %) et Assystem (5 %). Et c’est dans cette conquête d’expertises que le géant du nucléaire vient justement d’annoncer l’ouverture en janvier 2023 d’un centre d’expertise et de formation au nucléaire sur son site de Saint-Marcel où travaillent déjà 69 salariés spécialisés dans la construction de composants lourds et qui sera ouvert aux différentes entreprises de la filière. Dédié au calcul mécanique, le « Centre calculs Bourgogne », proposera un cursus diplômant, en partenariat avec une école d’ingénieurs et devrait intégrer 150 salariés en 2025.

Un outil qui bénéficie du plan France Relance

L’objectif de ce nouveau site est de faire monter en compétences la filière nucléaire sur la question des calculs mécaniques notamment par des formations transversales (mécanique - logiciels - réglementation) dans des filières en tension. Pour Bernard Fontana, CEO de Framatome. « Ce projet s’inscrit dans notre stratégie de développement des compétences et de recrutements. Il contribue à renforcer notre présence locale et à développer nos compétences et celles de la filière nucléaire française dans le domaine des calculs mécaniques. »

Avec près de 200 millions d’euros par an, Framatome qui a réalisé un chiffre d’affaires en 2021 de 3,6 milliards d’euros dans le monde continue d’investir sur ses sites industriels. Ce nouvel outil visant à renforcer la compétitivité de l’entreprise et du département bénéficie d’ailleurs du plan France Relance.

Antoine Gavory