Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Un savoir-faire historique et innovant

Artisanat. A Besançon, les montres LIP ne cessent de se renouveler pour maintenir un savoir-faire et une certaine tradition de l’horlogerie sur le territoire franc-comtois.

Depuis 2014, le savoir-faire des montres LIP a retrouvé Besançon. LIP

Les opérateurs des forces spéciales de l’armée de terre française porteront en 2022 des montres LIP conçues spécifiquement pour eux. « Outre la solidité, ce projet relève d’un exercice de style horloger à part entière. On nous a demandé de faire une montre qui ne renvoie pas la lumière grâce à un traitement spécifique de l’acier et du verre » précise Pierre-Alain Bérard, dirigeant de la société SMB qui a repris la marque LIP en 2014.

En parallèle, chaque année, de nouvelles montres LIP arrivent sur le marché. La gamme compte aujourd’hui 130 modèles et deux nouveautés sont sorties en 2021. La première intègre un chronographe automatique qui séduit les collectionneurs tandis que la seconde s’adresse aux femmes avec une découpe en forme de sablier dans le cadran permettant de voir le mouvement horloger.

Ancrée à son territoire

Alors que le salon du Made In France se profile à Paris mi-novembre, les montres LIP devraient y participer en 2022. « Nous préférons attendre encore un an pour sortir la tête de la crise. La période s’est avérée vraiment difficile pour l’horlogerie. Par contre, je me réjouis que politiques et société aient pris conscience que sous-traiter à l’autre bout du monde n’était pas une bonne idée et que le Made in France doit être valorisé. » La marque LIP avait d’ailleurs été sélectionnée en 2018 pour fabriquer la montre de l’Élysée.

Cet attachement au savoir-faire français et plus particulièrement à l’horlogerie franc-comtoise a conduit Pierre-Alain Bérard a reprendre la marque. « Je voulais rapatrier sur leur territoire les montres LIP créées en 1867 à Besançon et saisir l’opportunité de faire revivre cette marque. » Pendant ses heures de gloire, l’entreprise fondée par Emmanuel Lipmann a compté jusqu’à 1.300 employés et produisait 400.000 montres par an. Aujourd’hui, 130 salariés continuent à faire vivre la marque en réalisant 50.000 montres par an tandis que l’entreprise affiche 23 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Nadège Hubert