Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Une start-up française face aux GAFA

Start-up. Installée au Creusot et à Paris, Interstis souhaite ramener une certaine souveraineté dans l’utilisation des outils numériques. Avec sa plateforme collaborative de travail, l’entreprise répond aux attentes en matière de sécurité et de simplicité attendue par les collectivités et les entreprises.

La plateforme collaborative de travail Interstis a vu le jour entre Paris et le Creusot et entend concurrencer les géants américains du secteur. Interstis

Homologuée DINUM, gage de sécurité pour les utilisateurs, la plateforme collaborative Interstis compte déjà plus de 150.000 utilisateurs partout en France qui profitent des différentes fonctionnalités offertes. « Il existe bien sûr d’autres modules mais en général, on en utilise à peine cinq ou 10%. Nous préférons nous focaliser sur l’essentiel et le plus utile en étant accessible au plus grand nombre en toute simplicité » explique Clémentine Makangila, directrice de la communication. La visio-conférence, la gestion de projet, la discussion instantanée ou encore l’agenda collaboratif et la dématérialisation de la procédure de validation hiérarchique sont autant d’outils indispensables pour faciliter le travail en équipe et à distance.

Pour renforcer encore sa solution, la start-up devrait réaliser une levée de fond d’ici l’été pour doubler ses effectifs, 25 personnes actuellement, et intégrer la gestion des mails à sa plateforme avant la fin de l’année. Le chiffre d’affaires a quant à lui déjà bondi entre 2020 et 2021, passant de 400.000 euros à 1,3 million d’euros. « Nous ambitionnons de devenir une alternative française à Office 365. » En ce sens, l’équipe du Creusot, principalement technique grâce aux compétences de la formation Web Force 3 du territoire, pourrait s’enrichir de nouvelles fonctions support.

Tout est question de souveraineté

Pour Interstis, faire appel à une entreprise française ayant la maitrise et la sécurisation des données se révèlent nécessaires face au monopole des GAFA* américains. « Google comme les autres fournisseurs américains est soumis au Cloud Act qui permet à l’Etat américain d’avoir accès à toutes les données stockées. » À côté d’entreprise comme Unilever France, les collectivités et services de l’Etat ainsi que de nombreux professionnels de santé font confiance à Interstis pour partager leurs données en ligne et les stockées dans un espace soumis à la réglementation européenne.

*GAFA : Google, Amazon, Facebook et Apple, les géants américains

Nadège Hubert