Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La présidence de la République Tchèque de l’Union européenne

Gouvernance. La République Tchèque a pris, depuis le 1er juillet et jusqu’à la fin de l’année 2022, la présidence tournante de l’Union européenne.

La présidence de la République Tchèque de l'Union européenne
(Crédit : Pixabay)

À la suite de la France, la République Tchèque a pris depuis le 1er juillet et jusqu’à la fin de l’année 2022, la présidence tournante de l’Union européenne. Elle assumera ce rôle pour la deuxième fois de son histoire et forme le trio de présidence avec la Suède qui lui succèdera pour la période du 1er janvier au 30 juin 2023. Pays d’Europe centrale d’un peu plus de 10 millions d’habitants, la République Tchèque ou Tchéquie en forme abrégée, est membre de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004. Elle fait partie de l’Espace Schengen depuis 2009 et ne fait pas partie de la zone euro. La monnaie est la couronne tchèque. Elle compte 21 députés au Parlement européen. La commissaire tchèque au sein de la Commission Van der Leyen est Madame Véra Jourovà, chargée des valeurs et de la transparence. Elle est également vice-présidente de la Commission européenne. Les priorités de la présidence tchèque du Conseil de l’Union européenne se reflètent dans sa devise « L’Europe comme mission ».

Cette devise constitue à la fois un témoignage et un rappel à la nécessité d’oeuvrer en permanence à une Europe moderne et opérationnelle. Elle exprime la volonté de renforcer la liberté, la responsabilité, la sécurité et la prospérité communes. Au cours de la période de sa présidence du Conseil de l’Union européenne, le premier ministre Petr Fiala et son gouvernement se concentreront sur cinq domaines prioritaires étroitement liés : la gestion de la crise des réfugiés et la reconstruction de l’Ukraine dans l’après-guerre, la sécurité énergétique, le renforcement des capacités de défense de l’Europe et la sécurité du cyberespace, la résilience de l’économie européenne et la résilience des institutions démocratiques. Le soutien à l’Ukraine est qualifié d’intérêt vital et est la priorité de la présidence tchèque. Il s’agit de renforcer les efforts déployés par l’Union européenne pour défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et de s’appuyer sur les principes de solidarité, d’efficacité et de flexibilité pour faire face à la crise des réfugiés ukrainiens.

L’accès à l’éducation comme priorité

La priorité sera accordée à la protection des enfants et à leur accès à l’éducation. La reconstruction de l’Ukraine dans l’après-guerre est également prioritaire. En matière de sécurité énergétique le but est de s’affranchir de la dépendance vis-à-vis du gaz, du pétrole et du charbon russe et de mettre l’accent sur le rôle de l’énergie nucléaire dans la sécurité énergétique européenne ainsi que dans l’aboutissement des objectifs climatiques de l’Union européenne. Sur le plan de la défense européenne, notamment en partenariat avec l’Otan, l’objectif est d’élargir la base industrielle européenne de défense et de mettre en place les objectifs définis par la “boussole stratégique”. Le développement d’une coopération à long terme dans le domaine des systèmes militaires stratégiques est essentiel.

S’agissant de l’économie européenne, la présidence tchèque veut encourager la compétitivité technologique sur la base des capacités européennes de production tout en promouvant le libre-échange avec les “États démocratiques” dans le monde. En ce qui concerne les institutions démocratiques, la présidence tchèque s’attachera à rendre le financement des partis politiques transparent, à appuyer l’indépendance des médias et à continuer le dialogue avec les citoyens européens à l’instar de la Conférence sur l’avenir de l’Europe lancée par la présidence française de l’Union européenne.

Rédaction GdM