Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Start-up : des levées de fonds record

Investissements. Les start-ups françaises ont levé 8,4 milliards d’euros au 1er semestre.

Start-up : des levées de fonds record
(Crédit : Pixabay)

Selon le baromètre du capital-risque Ernst & Young, la French Tech française continue de battre des records. Au premier semestre 2022, les start-ups françaises ont levé 8,4 milliards d’euros, soit une progression gigantesque de 63% par rapport à la même période en 2021. Avec une telle performance, l’écosystème hexagonal est bien parti pour dépasser les 11,6 milliards d’euros levés sur l’ensemble de l’année 2021. Sur les six premiers mois de l’année, les jeunes pousses tricolores ont réalisé 362 opérations, contre 416 au premier trimestre 2021. Mais si le nombre de tours de table bouclés a reculé par rapport à l’an passé, avec une nette baisse pour les opérations entre 50 et 100 millions d’euros (-77%) les méga-levées de fonds supérieurs à 100 millions d’euros ont été plus nombreuses. Entre janvier et juin, on a ainsi dénombré 20 méga-levées de fonds, soit presque autant que sur toute l’année 2021 (22). Elles représentent près de 4,5 milliards d’euros contre 3,9 milliards pour les 342 autres opérations.

La France fait mieux que l’Allemagne mais moins bien que le Royaume-Uni

Cette hausse des opérations de plus de 100 millions d’euros a engendré la création de nouvelles licornes. Le Top 5 du semestre se compose de la fintech de services financiers Qonto (486 millions d’euros) la pépite de l’évaluation des performances de la responsabilité sociétale des entreprises RSE EcoVadis (478 millions d’euros), la plateforme d’électronique reconditionnée Black Market (450 millions d’euros), la start-up de robotique industrielle Exotec (305 millions d’euros) et la cleantech dans l’énergie solaire NW Groupe (300 millions d’euros). Doctolib, qui a annoncé une levée de fonds de 500 millions d’euros, ne figure pas dans le Top 5 parce que l’entreprise n’a en fait levé que 250 millions d’euros en capital-risque, le reste étant de la dette. Le fleuron de l’écosystème de la santé est désormais valorisé à hauteur de 5,8 milliards d’euros.

La France peut se targuer de faire mieux que l’Allemagne, dont les jeunes pousses ont levé 6,3 milliards d’euros au premier semestre, soit 34% de moins que leurs consoeurs françaises. Nos voisins d’outre-Rhin ont même fait moins bien qu’au premier trimestre 2021 où les startups allemandes avaient levé 7,8 milliards d’euros. C’est la première fois que l’Hexagone bat l’Allemagne sur les segments de venture capital et méga-levées de fonds. En revanche, le Royaume-Uni reste toujours solide leader avec 18,4 milliards d’euros levés sur les six premiers mois de l’année, soit 10 milliards de plus que la France. Malgré le Brexit et un climat politique chaotique, la Grande-Bretagne demeure la destination phare des investissements technologiques en Europe.

Rédaction JdP