Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Des fleurs en infusion ou en crème

Cosmétique. Des bleuets pour décorer une assiette, des pensées dans une recette, du calendula en infusion ou encore du coquelicot en crème pour le visage, Lamandine produit des fleurs tant pour les professionnels de la restauration et la pâtisserie que pour les déguster ou créer des cosmétiques.

Amandine Deschamps. JDP

Pas moins de 35 espèces florales sont cultivées par Amandine Deschamps à Rouvres-en-Plaine sur un hectare. La trentenaire a créé son activité en décembre 2019, Lamandine. Après une reconversion professionnelle et plusieurs formations, allant du brevet professionnel de responsable d’entreprise agricole à la cosmétologie et la galénique, pour apprendre à extraire les principes actifs des plantes, en passant par la réglementation, elle se spécialise dans la culture de la fleur.

Une dizaine de fleuristes de Dijon, Gevrey-Chambertin ou Beaune la sollicitent pour des fleurs coupées entre mai et octobre, notamment grâce au collectif de la fleur française qui répertorie les producteurs à proximité. « Les fleurs fraiches, comestibles, se destinent également aux restaurants, aux pâtissiers ou aux chocolatiers, que ce soit pour des recettes ou simplement en décoration. »

Savoir utiliser les fleurs

La floricultrice ne se contente pas de fournir les professionnels, elle fabrique également deux gammes de produits très distincts. La première correspond à des infusions réalisées à partir d’une vingtaine d’espèces différentes et qui aboutissent à huit recettes. « Je cueille puis je sèche les fleurs pendant deux à trois jours, un peu plus pour les feuilles, j’effeuille les tiges puis je mets en sac de conservation. Je transmets ensuite à un ESAT qui assure le conditionnement final dans le respect des quantités pour chaque recette d’infusion. »

Une quarantaine de points de vente, entre Mirebeau-sur-Bèze et Chagny ou Auxerre, se font ensuite les relais commerçants de ces infusions. La seconde gamme porte sur des produits cosmétiques. Fruits du travail d’Amandine Deschamps et de huit espèces florales, des crèmes pour le visage ou les mains, des baumes à lèvres et autre démaquillant estampillé Lamandine voient le jour. « Pour gagner en qualité, je me suis entourée du laboratoire Cosminter à Fleurey-sur-Ouche » précise la floricultrice qui dès fin février recommencera progressivement à planter ses graines sous serre ou en plein champs.

Nadège Hubert