Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Des roulottes made in Côte-d’Or

Artisanat. À Beurizot, Jean-Baptiste Durand est le seul fabricant de roulottes sur mesure de la région et l’un des trois seuls artisans de France.

JDP

Est-ce la soif de grands espaces déconfinés dans les contrées non-urbaines, quoi qu’il en soit : « Il semble qu’il y ait une plus forte demande de roulottes », explique Jean-Baptiste Durand. L’artisan, ancien ingénieur agronome se définit comme « exilé pré covid » : « J’étais ingénieur, j’en avais assez de travailler sur des écrans, de gérer des chiffres. J’ai voulu passer de l’autre côté : gérer une entreprise, travailler avec tous les acteurs d’un processus commercial ». Depuis 2017, ce « bon bricoleur » qui fut un temps parmi les Compagnons de France - section menuiserie, évidemment - décide de se mettre à son compte.

Quatre ans plus tard, les roulottes d’Uniroulotte sortent de son atelier installé dans une grange de ferme à Lignières, un hameau de Beurizot. Sa particularité ? Des roulottes entièrement sur-mesure, fabriquées à partir de pin Douglas du Morvan et du peuplier « parfois coupé à trente mètres de la maison », isolées à partir de laine de bois. Seul aux commandes - accompagné depuis début septembre d’une apprentie-architecte de formation - Jean-Baptiste Durand conçoit les plans avec ses clients, commande les pièces secondaires (comme les fenêtres ou les éléments du toit) et construit à la main ces résidences mobiles dont la surface varie de 15 à 30 mètres carrés : « Il faut six à huit mois selon la surface. J’avance en moyenne d’un mètre linéaire par mois ».

Une clientèle variée

Côté clientèle : « Elle est de tous types : des gens qui veulent agrandir leur maison, avoir une pièce en plus. Celle que je prépare actuellement est destinée à une dame qui a pris sa retraite et qui a vendu sa maison ». Avec une cadence de production d’une à deux roulottes par an (qu’il espère doubler grâce à l’arrivé d’Agathe Person), Jean-Baptiste Durand ne cible que les particuliers : « Les campings et les professionnels veulent des véhicules moins cher, en quantité que je ne peux pas assumer. Puis, il faut avoir une vraie envie d’avoir une démarche locale ».

Avec une prix de fabrication autour de 2.500 euros le mètre carré, les prix des roulottes sont légèrement inférieures aux Tiny-house (3.000 euros le mètre carré). Pour ceux qui seraient tentés par le nomadisme, un élément est à prendre en compte : une roulotte pèse environ une tonne par mètre linéaire… inutile donc de se rêver pionnier du far-West mais le choix d’un tel habitat est avant toute chose une démarche plaisir.

Antoine Gavory