Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Gaël Matten cultive les bonnes vibrations

Innovation. Vibiscus développe un matériau programmable novateur capable d’absorber les sons en milieu ouvert et fermé.

Gaël Matten. JDP

Si les open space facilitent les échanges, ils sont également source de bien des nuisances, notamment quand l’un de vos collègues s’avère un peu bruyant quand il parle au téléphone ou lorsque que la ventilation s’arrête et se remet en route selon d’improbables cycles qui vous donnent mal à la tête. Avec l’invention de Gaël Matten ses désagréments sonores appartiendront bientôt au passé. Baptisée Vibiscus, la solution innovante développé par ce docteur en mécanique de l’Université de Franche-Comté (UFC) et ingénieur diplômé de l’École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (ENSMM) se compose d’un ensemble de membranes, placées dans des petits blocs de cinq centimètres de côté et associé à un dispositif électronique, permettant d’ajuster en temps réel la capacité du système à absorber les basses fréquences, en fonction des besoins.

« Les basses fréquences, ce sont les sons les plus graves qui peuvent vite devenir pénibles et génèrent de la fatigue. Selon un rapport de l’Ademe, le bruit représenterait un impact sanitaire chiffré à 150 milliards d’euros par an. Ces sons graves sont aussi ceux qui dans les solutions classiques d’isolation phonique nécessitent l’utilisation de matériaux très épais pour pouvoir les étouffer. Notre solution permet de s’affranchir de cette contrainte d’épaisseur. Juxtaposés nos bloc peuvent constituer des surfaces capables d’absorber les bruits dans des installations techniques telles que les climatisations et les ventilations, ou dans des pièces ouvertes, sous forme de paravents », précise le trentenaire originaire des Vosges et arrivé à Besançon lors de son admission à l’Ensmm. En parallèle de cette formation d’ingénieur, il décroche un master de recherche en mécatronique et microsystèmes à l’UFC. Il obtient son doctorat au sein de l’institut Franche-Comté électronique mécanique thermique et optique - Sciences et Technologies (Femto-ST).

Pour des bureaux plus silencieux

C’est par son sujet d’étude qu’il s’intéresse à l’acoustique et en particulier aux systèmes capables d’absorber les bruits. Il développe ainsi son système de rupture capable de créer des environnements acoustiques personnalisables, qu’il nomme Vibiscus : contraction de vibrations et d’hibiscus, une plante qu’il apprécie tout particulièrement. La suite : un brevet déposé amorce pour Gaël Matten le chemin de la création d’une start-up. En 2019, il remporte des prix au « Chercheur entrepreneur challenge » et au concours national i-PhD organisé par Bpifrance. Après une formation à l’entrepreneuriat à HEC Paris, il intègre, pour deux ans, l’incubateur Deca BFC, où il bénéficie de l’accompagnement d’un chargé de projet. « Suivre le parcours de l’incubateur permet de bien anticiper la création d’entreprise et c’est aussi une formidable opportunité de mise en interaction avec l’écosystème local ».

Vibiscus est officiellement créée en avril 2021, elle rejoint alors la pépinière Temis Innovation. Aujourd’hui l’équipe se compose de quatre associés et de deux salariés. Le recrutement d’une septième personne est en cours. Un million d’euros a déjà été investi dans cette aventure prometteuse aux nombreux débouchés. « Nous visons d’abord le marché BtoB et notamment la problématique du bruit dans les systèmes de ventilations des espaces de bureau. Nous sommes en train de constituer des partenariats avec des aménageurs intérieurs pour qualifier nos solutions. Le marché des particuliers sera abordé dans un second temps ».

Frédéric Chevalier