Informations régionales économiques et juridiques
92e année

La Bande à Coco facilite le “fabriqué en France”

Consommation. Avec son application CocoDico, La Bande à Coco entend faciliter la consommation au quotidien de produits manufacturés fabriqués en France.

Depuis 2019, La Bande à Coco travaille au développement et à la commercialisation de son application CocoDico. Une idée qui a germé dans la tête d’un jeune couple nivernais, Sophie Barbe et Pierre Otzenberger. « Avec cette application, nous souhaitons créer un écosystème autour de la fabrication française, développe ce dernier. Nous avons ainsi mis au point un moteur de recherche qui permet de proposer un certain nombre de produits manufacturés, du quotidien et fabriqués en France, tout en faisant le lien entre le produit, le fabricant et le consommateur. Nous ne sommes en aucun cas une marketplace. L’utilisateur peut, s’il le souhaite, être directement redirigé vers une boutique en ligne ou bien même vers la boutique physique et indépendante la plus proche de chez lui ».

Hébergée par le Village by CA de Nevers, La Bande à Coco et ses six collaborateurs (les deux fondateurs, deux développeurs et deux alternants en marketing digital et en commerce) va encore plus loin dans sa réflexion : « Avec CocoDico, nous mettons finalement à disposition des utilisateurs des outils pour leur faciliter la consommation au quotidien de produits manufacturés “made in France”, mais aussi pour leur permettre de mieux comprendre les impacts du “fabriqué en France”. » De nouveaux outils technologiques seront proposés pour connaître le réel impact de ces produits sur la vie quotidienne, tant en matière d’environnement que d’emploi ou encore de société.

Des revues scientifiques à l’entrepreneuriat

Rien ne prédestinait Sophie Barbe et Pierre Otzenberger à entreprendre. Formé à la médiation scientifique, Pierre Otzenberger a un temps travaillé pour des magazines de vulgarisation scientifique avant de devenir technicien du spectacle. « J’ai découvert l’informatique et le développement en travaillant chez Apple mais c’est surtout en 2014, lorsque j’ai pris les rênes d’un théâtre à Nevers, que j’ai vraiment pris goût à la gestion de projet. »

De son côté, Sophie Barbe venait de vivre un licenciement économique lorsque le couple de trentenaires a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat. Aujourd’hui accompagné par des structures telles que DecaBFC, Réseau entreprendre, Initiatives ou encore Bpifrance, le duo a construit son projet sur deux rencontres clés : « J’ai dans un premier temps échangé avec deux entrepreneurs de mon entourage et ces derniers ne m’ont jamais découragé, ce qui a été très positif pour nos réflexions, se souvient Pierre Otzenberger. Notre rencontre avec DecaBFC a quant à elle confirmé notre volonté d’innover ».

Antonin Tabard