Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le vieux pont de Pont-sur-Yonne retenu par la Fondation du patrimoine

Patrimoine. L’ouvrage d’art va recevoir une dotation de 79.000 euros dans le cadre du Loto du patrimoine 2021 mis en place par la « Mission Bern ». D’importants travaux de restauration et de mise en valeur doivent être entrepris afin de préserver ce témoin singulier du XVIIe siècle.

Le vieux pont de Pont-sur-Yonne. JDP

Il y a toujours une histoire de pont à Pont-sur-Yonne… L’édifice construit par l’architecte Libéral Bruant - bâtisseur notamment de l’hôtel des Invalides à Paris - à la demande de Louis XIV, a souffert les affres du temps et de la guerre. Du pont de pierre qui enjambait jadis la rivière, il ne reste à présent que trois arches en piteux état, après avoir été bombardé en 1940. La municipalité et l’Association pour la sauvegarde du vieux pont œuvrent depuis plusieurs années pour que ce symbole de la cité devienne un élément d’attractivité touristique.

« Ces vestiges nécessitent aujourd’hui d’importants travaux ; il est prévu de consolider les maçonneries et de restituer la voûte de la troisième arche pour assurer la solidité de l’ensemble. L’installation d’un ponton de bois et métal, ainsi qu’un dispositif d’éclairage permettront de mettre pleinement en valeur ce précieux témoignage de l’ingénierie et de l’architecture classique », souligne la Fondation du patrimoine.

Plus de 350.000 euros nécessaires

À l’occasion de l’édition 2021 du Loto du patrimoine, la « Fondation Bern » vient d’attribuer 79.000 euros pour sa restauration. Une très bonne nouvelle pour la mairie de Pont-sur-Yonne qui a chiffré à 352.200 euros le montant global des travaux, dont le lancement pourrait s’effectuer dès le début de l’année prochaine.

Dans le nord de l’Yonne, plusieurs opérations de sauvegarde de monuments en péril ont reçu le soutien de la Fondation du patrimoine, ces derniers mois, comme la Maison Claude-Debussy à Villeneuve-la-Guyard, l’église Saint-Martin de Thorigny-sur-Oreuse ou encore l’éolienne Bollée de La Postolle.

Stéphane Bourdier