Informations régionales économiques et juridiques
92e année

T10 dynamite les standards du coworking

Auxerre. Dirigé par Jules Sciot, ce nouveau concept d’espace de travail partagé, installé dans le centre historique d’Auxerre, ambitionne de se décliner dans d’autres agglomérations françaises.

JDP

L’emplacement n’a pas été choisi par hasard. L’immeuble du «  10, rue du Temple  » - qui a inspiré le nom du concept - est un lieu chargé d’Histoire. Jusqu’à la fin des années 1980, les établissements Maillet et leurs Galeries modernes étaient synonymes d’innovation et de créativité pour les Auxerrois. Après neuf mois de travaux menés par le cabinet d’architecture chablisien Didier Gallard, les 200 mètres carrés du premier étage ont été repensés pour accueillir un concept conciliant espace de travail partagé et «  communauté créative & inspirante  ».

«  Nous voulons faire perdurer cet esprit d’entrepreneur en proposant à des créatifs, indépendants, salariés, nomades, un coworking avec différents espaces flexibles pour les aider dans leurs activités et répondre à chacun de leurs besoins  », explique Jules Sciot, le «  Cowork Manager  » et associé de la SAS Fouzis. Si le montant total des investissements est tenu secret, l’enveloppe consacrée à la restauration du plateau, au style «  indus  » assumé, avoisine, à elle seule, les 200.000 euros. Coté équipements, T10 n’a rien à envier aux incubateurs des grandes métropoles. Les 12 postes de l’open-space, les cinq places semi-cloisonnées et le grand bureau avec vue sur la rue piétonne sont tous climatisés, équipés de la fibre et dotés de meubles «  design  ». Dans la salle de réunion insonorisée trône même un tableau numérique «  dernière génération  » qui offre la possibilité de connecter 60 utilisateurs en streaming, via la visioconférence.

Conciergerie et application dédiée

«  T10 a été imaginé pour offrir un véritable parcours de coworker avec des fonctionnalités agiles comme la réservation et le paiement en ligne via un smartphone ou le prêt d’un badge d’accès pour les indépendants qui s’inscrivent dans la durée.  » À la rentrée, le jeune entrepreneur de 28 ans va développer un service de conciergerie qui doit faciliter le quotidien des usagers. C’est aussi en septembre qu’un réseau communautaire devrait se mettre en place dans le but de tisser des liens entre les différents acteurs du monde de l’entreprise. «  Nous proposerons sous forme d’abonnement l’accès à des conférences et à des ateliers collaboratifs créatifs et inspirants. Des soirées privées, ou encore des événements partenaires. Et même quelques surprises  », précise Jules Sciot. Avant que T10 n’investisse une autre ville.

Stéphane Bourdier