Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Auxerre : Jean Castex réévalue l’intervention de l’État

Infrastructure. En déplacement dans l’Yonne sur le thème de la ruralité, le chef du Gouvernement a promis une rallonge budgétaire pour la réalisation du contournement sud d’Auxerre ainsi que 20 millions d’euros supplémentaires pour la rénovation des quartiers Sainte-Geneviève et des Rosoirs au titre de l’Anru.

En déplacement dans l’Yonne, Jean Castex a ouvert le congrès à l’occasion du 50e anniversaire de l’Association des maires ruraux de France. Crédit : Patrick Forestier / Conseil départemental de l’Yonne

Vendredi dernier, le Premier Ministre s’est rendu dans l’Yonne pour présider la réunion du troisième Comité interministériel aux ruralités (CIR), en présence de cinq membres de son Gouvernement. Cette journée avait notamment pour objectif d’apprécier les effets du plan de relance dans les territoires, décliné à travers les 181 mesures de l’Agenda rural. À cette occasion, Jean Castex a annoncé que l’État allait mettre « la main à la poche » dans deux dossiers structurants de l’Auxerrois, le contournement sud et la rénovation urbaine de Sainte-Geneviève et des Rosoirs.

Dans les cartons depuis près de 20 ans, avant de tomber en désuétude avec l’abandon de la liaison Troyes-Auxerre-Bourges (TAB) connectée au projet, la déviation reliant la RN6 à la RD965 a récemment retrouvé toutes ses vertus, sous l’impulsion du conseil départemental de l’Yonne et de la communauté de l’Auxerrois qui l’a inscrit dans son projet de territoire. Estimée à 100 millions d’euros, la réalisation du tronçon routier pour laquelle l’État s’est engagé à hauteur de près de 28 millions d’euros va bénéficier de six millions d’euros supplémentaires afin de boucler le financement, a annoncé Jean Castex.

Le Premier Ministre a, par ailleurs, promis à Crescent Marault, le maire d’Auxerre, que l’enveloppe dédiée à la rénovation urbaine des quartiers Sainte-Geneviève et des Rosoirs, dans le cadre de l’Anru II (Agence nationale pour la rénovation urbaine), passerait de 30 à 50 millions d’euros. Si ces « coups de pouces » gouvernementaux ont remporté la satisfaction des élus présents, d’autres n’ont pas manqué de s’interroger sur la portée « rurale » de telles annonces.

Stéphane Bourdier