Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Guillaume Larrivé lance ses « Rendez-vous pour la France »

Débat. À l’abbaye Saint-Germain, dans la toute nouvelle Cité des arts de la parole d’Auxerre, le député de la première circonscription entend contribuer au débat public en cette période de pré-campagne présidentielle. Il a convié, samedi, huit personnalités, dont Manuel Valls et Michel Barnier, à livrer leur vision de la grandeur de la France.

Guillaume Larrivé, député de la première circonscription de l’Yonne. Assemblée nationale

Pour une première, Guillaume Larrivé a frappé un grand coup ! Le député auxerrois Les Républicains (LR), un temps fragilisé dans son propre camp après des signes ostensibles de « Macron-compatibilité », signe une rentrée politique et médiatique de haute volée. Avec la première édition de ses « Rendez-vous pour la France », il réussit le tour de force de réunir huit personnalités d’horizons divers, parmi lesquelles l’ancien Premier Ministre socialiste Manuel Valls et le « candidat à la candidature » de la droite et du centre, le commissaire européen Michel Barnier.

À leurs cotés : deux députés, Constance Le Grip et Robin Reda, l’essayiste Hakim El Karoui, la philosophe Monique Canto-Sperber, le directeur Europe de l’Atlantic Council, Benjamin Haddad, et le conseiller d’État et directeur de campagne de Valérie Pécresse, Partick Stefanini. Les échanges promettent d’être vifs.

La paix civile et la puissance, au menu

« L’idée est simple : faire dialoguer, ici, des citoyens engagés dans le siècle, soucieux du bien public, capables d’engager une vraie conversation démocratique. Cette année, samedi 2 octobre, nous débattrons de deux sujets essentiels : sauvegarder la paix civile, bâtir la puissance », écrit le parlementaire icaunais.

« Je voudrais, avec Raymond Aron, que les responsables politiques s’adressent à nouveau aux Français en n’oubliant pas que le vrai citoyen veut choisir des chefs, non les enchaîner par le soupçon perpétuel, il veut la grandeur de la nation en même temps que la sécurité personnelle, il veut des pouvoirs légitimes mais capables d’action.  »