Informations régionales économiques et juridiques
92e année

« Unis pour une belle CCI Métropole de Bourgogne »

Élection. Lundi 13 septembre la CCI Métropole de Bourgogne présentait ses candidats pour une liste unique et commune des CCI de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, associant les syndicats CPME et Medef de chaque département.

L’union est historique, elle réunit sous une même bannière quatre syndicats (CPME 21 et 71 et Medef 21 et 71) et deux départements ceux de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire et porte un candidat unique, Pascal Gautheron, au poste de président d’une nouvelle CCI Métropole de Bourgogne. L’homme d’origine chalonnaise est bien connu du tissu économique local. Après avoir lancé le cabinet conseil Fimadev, à Ahuy en Côte-d’Or, il a notamment présidé le Medef local durant six ans, ainsi que le stade dijonnais, de 2005 à 2017. La fusion des CCI 21 et 71 sera effective au 29 novembre prochain et comptera 50 représentants (26 en Côte-d’Or et 24 en Saône-et-Loire).

L’idée fondatrice derrière ce rapprochement part d’abord du constat que le poids économique des deux territoires est sensiblement le même. Il y a ensuite le contexte de réduction toujours plus forte des dotations de l’État. Ces mêmes raisons avaient déjà poussé ces deux instances consulaires à se rapprocher dès 2012, avec notamment des programmes de formations communs. « Avant, les CCI vivaient d’une manne de l’État. Aujourd’hui, ces aides étatiques ont chuté de 70 %. L’autonomie financière des CCI devient une obligation. Et si nous avons réussi jusqu’ici à maintenir l’équilibre, c’est en vendant les “bijoux de famille”, mais cela n’a qu’un temps. Pour l’avenir, nous devons réaliser des économies de structure, développer des services facturés en direction des collectivités, sans toutefois rentrer en concurrence avec nos ressortissants..., défend Pascal Gautheron. En choisissant de s’unir dans cette belle CCI Métropole de Bourgogne, nous faisons le pari de l’efficacité, des économies et du bon sens. Ainsi fusionné, nous représentons 42 % du poids économique régional !  ». Cette fusion se fait à périmètre et effectif constants, seule la pyramide des âges fera son office. La liste unique compte 50 élus et un bureau de dix membres. À la demande du département de Saône-et-Loire, une délégation 71 sera mise en place pour accompagner la fusion. «  Aujourd’hui, c’est le point de départ de l’élection. Il nous faut battre la campagne pour avoir un maximum de votes des entreprises, d’autant que, pour la première fois, le vote se fera de manière numérique entre le 27 octobre et le 9 novembre ».

Par ailleurs, la nouvelle équipe a déjà affiché ses priorités : « On a une croissance de 6 % aujourd’hui, nos entreprises ont besoin de main-d’œuvre pour relancer pleinement l’économie. Nous CCI, nous devons créer un environnement propice. Cela passe par le renforcement de la formation continue, par notre implication dans l’école BSB, que nous détenons majoritairement, ou par le CFA de l’automobile à Mâcon ou encore par le projet CCI d’École supérieure appliquée au design et au digital (ESADD)... mais également par l’aménagement du territoire et la question prégnante de la transition écologique  ». Sur ce dernier point, la future CCI Métropole de Bourgogne devrait devenir opérateur ferroviaire de proximité. Ce qui lui permettra de développer fortement l’activité des trois plateformes portuaires multimodales : Mâcon, Chalon-sur-Saône et Pagny.

Enfin, cette grande CCI fusionnée présentera également un candidat aux élections consulaires régionales. Il s’agira de Thierry Buatois, dirigeant de l’entreprise SEI groupe et président de la CPME 71.

Frédéric Chevalier