Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Vœux du maire d’Auxerre : Ce sera finalement Jean-Marc Sylvestre

Politique. Le journaliste économique va remplacer au pied levé Jean-Pierre Pernaut pour la présentation de « L’Auxerrois à la une », le 9 février prochain. Initialement prévu le 20 janvier, ajourné en raison du contexte sanitaire, l’événement, qui a déjà provoqué de nombreuses contestations, aura lieu sans public et sera diffusé en streaming.

Il est peu dire que le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre et cristallisé de nombreuses critiques. Le maire d’Auxerre et président de la communauté d’agglomération de l’Auxerrois, Crescent Marault, avait souhaité, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux, dépoussiérer l’exercice en organisant un « journal télévisé » avec, à la baguette, l’ancien présentateur vedette de TF1, Jean-Pierre Pernaut. Objectif : présenter aux Auxerrois les différents axes du « projet de territoire 2021-2031 », à grand renfort d’invités.

Une fois divulgué, le coût de l’opération de communication - de l’ordre de 70.000 euros - avait immédiatement provoqué une levée de boucliers dans le camp de l’opposition municipale et communautaire. De nombreux habitants du territoire s’interrogeaient sur l’opportunité d’une telle dépense. Une pétition en ligne recueillait même plus d’un millier de signataires pour demander l’annulation de la soirée. Certains élus de la majorité se désolidarisaient, publiquement ou en coulisses, de l’initiative.

Exercice de style

En raison de la situation pandémique, l’organisation, en public, avait amené le préfet de l’Yonne, Henri Prévost, à demander à Crescent Marault de « prendre ses responsabilités », conformément aux directives du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Le « JT » fut finalement reporté au 9 février mais sans spectateurs et sans Jean-Pierre Pernaut, souffrant. C’est l’écrivain et journaliste économique Jean-Marc Sylvestre qui doit le remplacer.

Un intérim qui, n’a semble-t-il, pas fait taire la polémique sur les réseaux sociaux. Le conseiller municipal d’opposition, Mathieu Debain, a recommandé sur Facebook « de choisir la célèbre journaliste de Cash Investigations, Élise Lucet dont l’émission enquête sur les dérives financières… » Une manière, à peine voilée, d’évoquer les récents déboires judiciaires de Crescent Marault.

Stéphane Bourdier