Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Fresque murale militante à Besançon

Art. Les murs bisontins du quartier de Planoise se parent d’œuvres engagées, pont artistique entre la France et les États-Unis.

L.E.O. (« Love Each Other ») - artiste de Miami, et Rouge - peintre vivant à Bordeaux - prévoient d’explorer ensemble, dans le quartier de Planoise, les liens entre le passé colonial et ségrégationniste de la France et des États-Unis et notre société contemporaine. L’œuvre peinte par L.E.O est un portrait d’Eugene Bullard, né aux États-Unis et devenu le premier aviateur noir de l’armée française durant la première guerre mondiale. L’artiste Rouge se penche, quant à lui, sur l’intime, qui ouvre ensuite sur des questions de société. Leur univers esthétique les rapproche. C’est pourquoi Hypermur et Juste Ici, associations qui portent le festival Bien Urbain, leur ont demandé de peindre une œuvre en commun.

C’est le projet FAMA (French American Mural Art), soutenu par la mission américaine en France (ambassade et consulats des États-Unis d’Amérique), qui a rendu possible cette rencontre. Ce projet original a pour objectif de poursuivre et enrichir une longue tradition d’échanges artistiques entre la France et les États-Unis en soutenant des collaborations artistiques américano-françaises, accessibles à tous dans l’espace public en abordant des sujets de société communs aux deux pays. Des temps de rencontres avec les habitants et les établissements scolaires sont prévus afin de faire du projet FAMA non seulement un projet de création artistique, mais également une opportunité d’échanges entre la France et les États-Unis sur ce qui nous rapproche.

L’association Juste Ici, régulièrement active à Planoise, a également permis la rencontre entre les artistes et les scolaires et habitants du quartier. Besançon est l’une des quatre villes identifiées par l’ambassade des États-Unis en France et Hypermur pour accueillir le projet FAMA. C’est également la première des quatre peintures murales réalisées dans ce cadre. Viendront ensuite Paris, Niort et Marseille. La ville de Besançon participe ainsi aux développements des collaborations américano-françaises autour d’un regard croisé.

À découvrir jusqu’au 20 juin, au 21 avenue de Bourgogne à Besançon.

Rédaction JdP