Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Les Écrans de l’aventure fêtent leurs 30 ans

Festival. Du 14 au 16 octobre, le festival de films d’aventures se tiendra à Dijon. Le public pourra découvrir plus d’une dizaine de films en avant-première.

À l’occasion de la diffusion, en avant-première du film SolarStratos, le pilote suisse, Raphaël Domjam sera présent. Solar Stratos

L’aventure a débuté en 1992 à Dijon. Depuis, le rendez-vous est resté incontournable. Dijonnais et plus largement, habitants de la grande région se pressent au festival des Écrans de l’Aventure pour voir les meilleures productions audiovisuelles internationales et rencontrer professionnels de l’image, aventuriers et voyageurs. Au cours de ces trois dernières décennies, on ne compte plus les documentaires inédits, les débats, les expositions et les personnalités venues du monde entier (Gérard d’Aboville, Sir Peter Blake, James Lovell, Kurt Diemberger, Sir Edmund Hillary...) faire la notoriété de l’évènement. Aujourd’hui, le festival s’apprête à lancer sa trentième édition.

« La grande nouveauté de cette année c’est que le festival se déroulera à la fois au cinéma l’Olympia et au théâtre des Feuillants à Dijon »

Pour l’occasion, une double programmation de films sera proposée avec, 14 films en sélection officielle et 16 films projetés dans le cadre d’une rétrospective consacrée à une sélection de films primés durant ces trente dernières années. Chaque film sera suivi d’une discussion avec l’un des protagonistes (réalisateur, producteur, aventurier mis en scène...). « La grande nouveauté de cette année c’est que le festival se déroulera à la fois au cinéma l’Olympia et au théâtre des Feuillants à Dijon », détaille Corinne Husson, chargée des relations presse et partenariats pour le festival. Pendant les quatre jours de l’évènement, le théâtre des Feuillants accueillera en effet 12 films précédemment primés durant les trente dernières années du festival.

« À noter que trois autres films issus de la rétrospective seront diffusés au cinéma Olympia. Le public pourra ainsi visionner 16 films primés dans toute l’histoire du festival. » Outres les projections, de nombreux temps forts sont prévus, à commencer par les tables rondes qui se dérouleront à l’hôtel Océania Le Jura. Animées par la journaliste littéraire, Élise Lépine, avec la participation d’auteurs et de membres du jury de la Toison d’or du livre d’aventure 2021, ces tables rondes seront accessibles sur réservation. Temps d’échange privilégiés avec des invités du festival, en petit comité, dans un bar du centre-ville dijonnais, plusieurs café-rencontres seront par ailleurs organisés. Du lourd. C’est ce qui attend les festivaliers pour cette trentième édition qui dès sa première journée offrira aux festivaliers une immersion, en avant-première, dans l’univers de l’éco-aventurier neuchâtelois Raphaël Domjan avec la projection du film SolarStratos « la naissance d’un rêve ».

La présence du pilote Raphaël Domjam

Voler à la frontière de l’espace, propulsé uniquement par l’énergie solaire, Raphaël Domjam, le pilote et initiateur de la mission SolarStratos, s’y voit déjà. Celui qui a réalisé la première chute libre sans aucune émission de CO2 en sautant depuis l’avion solaire SolarStratos en août 2020 veut désormais voler avec cet appareil dans la stratosphère. Âgé de 49 ans, l’explorateur Suisse a une idée fixe : démontrer le potentiel de l’énergie solaire à l’heure où la réduction de l’utilisation des carburants fossiles s’impose pour préserver le climat.

Le film fait découvrir le travail de Raphaël Domjam et de son équipe lors de la mise au point d’un avion, mû par la seule force du soleil. Le pilote sera présent lors de la projection. En avant-première encore, le film Quatre mois sur ma biosphère de Corentin de Chatelperron et Laurent Sardi. Ingénieur de formation et fondateur de Low-tech Lab, Corentin de Chatelperron parcourt le monde à la recherche d’innovations utiles, accessibles et durables, réalisées à partir de matériaux de récupération. Jusqu’à quel point ces technologies peuvent-elles bâtir un avenir différent ?

Pour répondre à cette question, l’ingénieur-globetrotteur s’est isolé sur un îlot désert pendant quatre mois avec une trentaine de low-techs et un objectif simple : arriver au niveau maximal d’autonomie. À l’issue du festival, plusieurs prix seront attribués par le jury du film présidé par Elisabeth Revol et le jury du livre présidé par Jean-Luc Coatalem. Le vainqueur du grand prix du festival, baptisé La Toison d’or du film d’aventure, bénéficiera ainsi d’une dotation de 3.000 euros de la ville de Dijon.

Rédaction JdP