Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Pour ses 100 ans, la Vache qui Rit innove au sein de son musée

Anniversaire. À l’occasion de son centenaire et de la réouverture des lieux de culture, la célèbre marque de fromage propose de nouvelles expositions pour séduire un public familial.

Le groupe Bel, fabricant de la Vache qui Rit, a vu les choses en grand pour fêter son centième anniversaire. La firme présente dans 120 pays garde un attachement profond à sa ville d’origine, Lons-le-Saunier, et des liens forts avec sa clientèle.

Pour renouer avec ce lien brisé depuis le premier trimestre 2020, le groupe Bel a choisi de présenter de nouvelles expositions au sein de son musée situé dans la préfecture du Jura.

Le groupe Bel a donc fait créer de nombreuses œuvres artistiques.
Depuis quelques semaines 184 cases de bande dessinée trônent fièrement sur un mur du musée. L’édifice de 7 m de haut pour 9 m de large raconte l’histoire de personnages liés à la Vache qui Rit à travers les époques. Ainsi, les visiteurs peuvent suivre le récit de la fabrication du logo par les créateurs du fromage dans les années 1920, le premier jour d’un employé de l’entreprise dans les années 1930 ou encore la rencontre entre des spectateurs du Tour de France et la caravane de La Vache qui Rit dans les années 1960. Au total, ce sont six histoires à six époques différentes qui sont racontées sur un mur du musée. Les dialogues de la bande dessinée sont disponibles via un audioguide proposant l’œuvre en 4 langues. Les illustrations ont été réalisées par l’artiste lyonnaise Donatelle Liens. L’exposition ne restera pas indéfiniment à Lons puisqu’elle devrait être transférée au siège du groupe Bel mais aussi dans des filiales.
Toujours dans une visée artistique, le musée propose une exposition érigeant le logo Vache qui Rit en icône pop. « L’objectif est de surprendre le spectateur, explique Julie De Santos, responsable des publics du musée. Nous proposons de revisiter le logo sous plusieurs formes ». L’exposition est temporaire et sera remplacée à la rentrée scolaire 2021 par une exposition imaginant à quoi aurait pu ressembler le logo de la Vache qui Rit s’il avait été créé plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires avant son apparition.

Des expositions éducatives et des cyclosportives au programme

Le musée comporte également d’autres expositions qui ont pour but d’enseigner aux enfants à manger équilibré. En 2018, trois tables de nutrition ont donc été installées. Celles-ci se présentent sous forme de jeux, devant lesquels les enfants peuvent apprendre les bienfaits de certains légumes, apprendre à reconnaître des odeurs ou encore connaître les différentes habitudes alimentaires des enfants dans le monde.

Autre nouveauté pédagogique du musée, un mur affichant les engagements en matière de développement durable du groupe Bel a été installé dans l’établissement. Ce mur est composé de plusieurs pans de bois sur lesquels sont gravées des illustrations de projets de l’entreprise. L’objet est interactif et suivant où le visiteur touche le mur, il fera apparaître de nouvelles mesures de Bel. Ces engagements sont pris pour l’horizon 2025. Les animations sont vidéo projetées et, en 2025, le mur n’aura pas besoin d’être changé pour afficher les ambitions futures. Il suffira de modifier les images du vidéoprojecteur.

Bel organisera également samedi 25 et dimanche 26 septembre un parcours gravel (type de vélo) de 59 kilomètres et trois cyclosportives d’une longueur allant de 73 kilomètres à 163 kilomètres pour le circuit le plus long. L’événement est parrainé par l’ancien coureur cycliste Laurent Jalabert.

Antoine Guillet