Informations régionales économiques et juridiques
92e année

(a)social network

Antonin Tabard

Que ferions-nous sans les réseaux sociaux ? C’est typiquement la question à laquelle nous aurions pu prendre le temps de réfléchir lundi 4 octobre pendant les quelque sept heures de bug massif des outils de la firme Facebook, à savoir Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram. Mais au lieu de poser téléphones et tablettes, les utilisateurs se sont finalement rués sur Twitter. Bonne nouvelle pour l’oiseau bleu qui n’avait toutefois pas prévu une telle affluence, entraînant son lot de bugs. Si le mot dièse #facebookdown a atteint 1,3 millions de tweets dans la nuit du 4 au 5 octobre, #twitterdown a fait son apparition à 23 heures le 4 octobre, avec plus de 82.700 tweets à l’échelle mondiale.

Un autre concurrent du groupe Facebook a lui aussi profité de la crise, l’application de messagerie Signal - équivalent de WhatsApp - a vu son nombre de fidèles augmenter, s’en vantant non sans une certaine pensée pour Facebook sur Twitter en écrivant : « Les inscriptions sont en hausse sur Signal (bienvenue à tous !) Nous savons aussi ce que c’est que de travailler pendant une panne, et nous souhaitons le meilleur aux ingénieurs qui travaillent au rétablissement du service sur d’autres plateformes ». Derrière ce bug, une autre crise, ce jour-là, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a perdu plus de six milliards de dollars à cause de la chute de ses actions - Facebook plongeant de 4,89 % pour tomber à 326,23 dollars lors de la clôture du Nasdaq -.

Ce soir là, même le père de Mark Zuckerberg se moquera avec finesse et non sans humour de son fils en répondant à son message public de mea culpa sur Facebook : « Tu viens peut-être de provoquer le prochain baby-boom dans neuf mois ! »... Record de pouce bleu pour le commentaire d’Edward Zuckerberg auquel son fils ne prendra même pas le temps de répondre !

Antonin Tabard