Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Débat or not débat

Antonin Tabard.

Alors que les prochaines élections approchent à grand pas, candidats, élus, ou encore éditorialistes s’en donnent à coeur joie à débattre de tout et surtout de n’importe quoi. À celui qui lancera la polémique qui viendra supplanter la dernière encore d’actualité. Autant de comportements qui viendraient presque à nous faire perdre la foi que nous devrions avoir en la politique. Alors que les jeux de pouvoir se font maintenant à grand renfort de tweets, qui aura la plus importante présence en plateau à répéter les mêmes éléments de langage cinq, dix, cent fois... Serait-ce la fin de l’ère de l’homo politicus ?

La semaine dernière, alors que près d’un demi million de Français contractaient quotidiennement la Covid-19 - à savoir quel énième variant pourrions-nous mettre sur le devant de la scène - certains représentants de la classe politique française se sont affichés au Parlement européen dans un grand déba(t)llage n’ayant pas lieu d’être face aux représentants des 26 autres États membres.

Pire encore, de voir un ministre régalien obligé de faire son mea culpa dans un JT parce qu’il a osé prendre quatre jours de “vacances” en pleine crise sanitaire... Ibiza en plein hiver, un aller-retour à la Bourboule aurait-il changé la donne ? Les quelques 70 jours restant avant le premier tour de la présidentielle s’annoncent encore long. Espérons que d’ici là le débat se muscle un peu !

Antonin Tabard