Informations régionales économiques et juridiques
93e année

L’or noir n’a jamais si bien porté son nom

Antonin Tabard

Elle est loin l’époque où certains français chaussaient leur gilet de sécurité pour bloquer des ronds-points contre le litre d’essence à 1,40 euros. Ce n’est certainement d’ailleurs qu’une question de jours pour qu’il atteigne le double. Si d’aucuns cherchent des moyens de l’anticiper, le PDG du groupe E. Leclerc semble s’être pris de passion pour les cours du brut. Le deuxième acheteur de carburant de France s’aventure même depuis la semaine dernière à estimer le prix du litre. Alors que mercredi 9 mars il annonçait « à partir de vendredi une baisse de 14-15 centimes au litres », force a été de constater que si le delta était bon, l’orientation s’est avérée à la hausse.

C’est finalement avec tout autant d’aplomb que Michel-Édouard Leclerc est retourné, vendredi sur le plateau de BFM/RMC pour cette fois prédire « une baisse de 35 centimes sur le gasoil à partir de lundi ». En attendant de possibles effets mécaniques, nos confrères du site jaimedijon.fr ont lancé un véritable baromètre des prix à la pompe station par station présente sur les communes de la métropole dijonnaise.

Antonin Tabard