Informations régionales économiques et juridiques
92e année

La désillusion du siècle

Cinquante-six milliards d’euros... La moitié de la somme mise sur la table par Emmanuel Macron pour relancer l’économie française. C’est aussi la valeur d’un contrat qui vient de nous passer sous le nez. Celui qui, en 2016, avait été annoncé comme le contrat du siècle s’avère finalement être la désillusion du siècle. Alors que le fleuron français de la construction navale de défense avait été sélectionné par l’Australie pour fournir 12 sous-marins à propulsion conventionnelle (non-nucléaire) dont le premier était attendu pour 2030, Candberra a décidé de faire machine arrière, préférant désormais des sous-marins à propulsion nucléaire de manufactures américaines et britanniques. Effet du Brexit ou guerre diplomatique  ? Rentrée des classes oblige, Washington et Paris semblent ne plus être copains. Les autorités françaises n’ont d’ailleurs pas attendu bien longtemps pour se rebiffer en annulant purement et simplement une soirée de gala prévue vendredi dernier à la résidence de l’ambassadeur de France à Washington... Si cela fera à coup sûr moins de dommages collatéraux qu’une guerre transatlantique avec ou sans nucléaire - laissons le choix à l’Australie -, cette frappe n’est pas sans valeur symbolique... La réception en question était censée célébrer l’anniversaire d’une bataille navale décisive de la guerre d’indépendance des États-Unis, conclue par une victoire de la France sur la flotte britannique  !

Antonin Tabard