Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Portrait de Narcisse

On nous demande souvent à relire nos articles avant parution... Question de confiance ou de méfiance, on nous répond souvent que c’est «  juste pour vérifier qu’il n’y ait pas d’incompréhension  ». Mais quand bien même le Président de la République nous le demanderait, nous ne le ferions pas. Demanderiez-vous sérieusement à votre boulanger de vérifier la recette de la baguette de pain que vous achetez tous les matins  ? Le 29 mai, notre consœur Jane Roussel signait dans Le Monde un portrait de la chanteuse Yseult, notamment connue pour son engagement contre la grossophobie et le racisme, pour la rubrique “Un apéro avec”. Rapidement prise pour cible sur les réseaux sociaux, la journaliste se voit sommée par la chanteuse de : «  Réécrire ton article entièrement [...] car l’enregistrement que j’ai ne ressemble en aucun cas à ton article (il pousse à la haine)  », et de menacer Jane Roussel de rendre publique l’enregistrement l’interrogeant sur son but, au point de ne laisser d’autre choix à l’incriminée que de répondre  : «  Je n’ai pas écrit cet article afin de vous nuire. J’ai essayé de faire mon travail le plus honnêtement possible en témoignant du moment passé ensemble  ». Comble de l’ironie, au-delà même du portrait, la journaliste a été taxée de grossophobe pour s’être permise d’utiliser l’expression «  tailler le bout de gras  » dans son article... locution qui, rappelons-le, ne signifie pas autre chose que «  passer du temps à bavarder  »  ! La chanteuse trouva finalement une rédaction, aux pratiques pour le moins douteuses, qui accepta de publier l’intégralité de l’interview donnée au Monde, sans même s’interroger un seul instant aux droits de la journaliste citée.

Antonin Tabard