Informations régionales économiques et juridiques
92e année

La reprise est là mais reste fragile

Par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME).

Les dirigeants de PME sont près de deux sur trois à considérer que la situation globale de leur entreprise s’est améliorée (32 %) ou est restée identique (29 %) au premier semestre 2021.

Quant au second semestre 2021, si le plus grand nombre (41 %) anticipe une situation globale identique à celle du premier semestre, ils sont encore un sur trois (34 %) à craindre une dégradation.

Il convient cependant de souligner, et c’est un point positif, que près de deux entrepreneurs sur trois (62 %) considèrent que leur situation financière est identique (40 %) ou meilleure (22 %) depuis le début de la crise sanitaire.
Enfin, il est à noter que huit chefs d’entreprises sur dix (81 %) envisagent un retour sur site de leurs salariés, près d’un sur trois (29 %) pensant néanmoins maintenir du télétravail.

Tout n’est pas rose pour autant. Sur le plan financier, 18 % des dirigeants interrogés estiment aujourd’hui ne pas avoir la trésorerie suffisante pour rembourser les échéances sociales et fiscales reportées.

Par ailleurs, des freins à la reprise existent. La hausse du prix des matières premières impacte deux entreprises sur trois (64 %) dont la moitié (54 %) déclare, pour l’instant, ne pas répercuter cette augmentation sur ses prix de vente.

Plus préoccupant encore, une entreprise sur trois (33 %) éprouve des difficultés pour s’approvisionner en matières premières, 21 % devant même renoncer à des marchés.

Enfin, 44 % des dirigeants font face à des difficultés de recrutement, 57 % déclarant même avoir dû renoncer à des marchés ou à des projets. La CPME continuera à être force de propositions pour surmonter ces difficultés.

Par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME).