Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Lettre ouverte à TF1

Nous, élus républicains de la Nièvre, faisons ici part de notre atterrement devant le reportage de TF1 diffusé au journal de 20 heures le 25 avril 2022.

Nous, élus républicains de la Nièvre, faisons ici part de notre atterrement devant le reportage de TF1 diffusé au journal de 20 heures le 25 avril 2022. Ce reportage d’à peine deux minutes dépeint de manière grossière une image tronquée des villes de Fourchambault, Nevers et plus largement de la vie dans la Nièvre. Décrire de manière si parcellaire permet certes de dire qu’on ne ment pas mais ne permet certainement pas de dire qu’on prétend à la vérité. La simplification dans un monde si complexe est rarement mère d’analyses éclairantes. Parler du basculement de la Nièvre à 50,1% pour le Rassemblement national, c’est oublier de dire que 225 voix séparent les deux candidats, comme c’est passer sous silence que plus de 30% des inscrits se sont abstenus ou ont voté blanc. Autant de voix qu’on ne peut pas mettre au crédit du Rassemblement national.

Parler du basculement de la Nièvre, c’est oublier de dire que le département est représenté par une majorité d’union de la gauche, et que les principales villes en terme démographique (Nevers, Cosne sur Loire, Varennes Vauzelles, ainsi que Coulanges les Nevers, Marzy par exemple, ... ) ont voté en faveur d’Emmanuel Macron. Nous prenons la mesure dans la Nièvre, comme dans bien des territoires ruraux de France, que les résultats de l’élection présidentielle sont la conséquence de décennies d’abandon des politiques nationales, qui font grandir les colères au même rythme que les services publics reculent, même s’il y a des relocalisations. L’habituel usage d’images chocs tendant à décrire non une ville mais tout un territoire qu’on donne en pâture à la France entière, confine à une information qui méconnaît et déconsidère les tendances nouvelles qui se dessinent et se construisent chaque jour.

La Nièvre est un département où il fait bon vivre et qui bénéficie incontestablement de la démétropolisation en cours ces dernières années. Les candidats au changement de vie se sont tournés vers les atouts de la Nièvre, l’attention que les citoyens et les élus mettent dans une économie locale qui s’affirme au service de l’Homme et de la transition écologique. En témoignent le renouveau de ses industries du bois, de l’eau ou son agriculture, l’essor des métiers autour des nouvelles technologies, la vivacité de ses tissus économique, culturel et associatif, la solidarité à l’oeuvre pour lutter quotidiennement et pragmatiquement contre les injustices sociales. La Nièvre, ce sont des élus, départementaux, intercommunaux, communaux, qui ont, chevillée au corps, leur responsabilité de bâtir une terre d’innovations et un futur désirable pour les citoyens.

La Nièvre, ce sont ces mêmes citoyens qui, avec les élus, transforment un projet de territoire durable et attractif en véritables projets de vie. Nous le savons, la multiplication des crises de toutes natures que subissent les citoyens fragilisent l’édifice social et le pacte républicain. Des espaces de construction démocratique sont nécessaires, difficiles à mettre en oeuvre pendant deux ans de crise sanitaire. Les élus que nous sommes oeuvrent chaque jour à renouer le dialogue et à édifier avec les citoyens une communauté de visions, d’envies et de projets. C’est aussi cela la vie dans la Nièvre, un engagement durable pour restaurer une confiance capable de nourrir une citoyenneté active. Nous pouvons vous le démontrer. En somme, la liberté d’information, oui, absolument oui. Pour la vérité et l’analyse éclairée, on repassera !

Fabien Bazin, président du Conseil départemental de la Nièvre ; Denis Thuriot, maire de Nevers et président de Nevers Agglomération ; Alain Herteloup, maire de Fourchambault.