Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Mille références de vins à La Cuverie by Comte Liger-Belair

Viticulture. Avec La Cuverie by Comte Liger-Belair, Louis Michel et Constance Liger-Belair redonnent une place de village de 600 mètres carrés à Vosne-Romanée qui réunira une agence postale, bar à vin et lieu de vie.

Mille références de vins à La Cuverie by Comte Liger-Belair
1000 références de vins, une agence postale, un écran géant, une aire de jeux et une épicer, la Cuverie by Comte Liger-Belair fait revivre Vosne-Romanée. (Crédit : Domaine Liger-Belair)

Redonner un cœur au village de Vosne-Romanée, c’est l’objectif du projet la Cuverie by Comte Liger-Belair, un espace de 600 mètres carrés au service du vin et des habitants. C’est il y a quatre ans que Louis Michel Liger-Belair et son épouse Constance rachètent une ancienne maison de vignerons mitoyenne du domaine à des proches, avec l’ambition initiale de créer un lieu d’hébergement. Très vite, le projet s’étend : « Le village de Vosne a vu fermer tous ses commerces au fil des années, alors on s’est interrogé sur la façon de garder ici les touristes mais aussi de rendre service aux habitants ». Du projet de gîtes, le lieu s’imagine alors point multi-services : agence postale, épicerie de produits locaux mais surtout un bar à vin qui réunira …

1.000 références et une carte créée par Laurent Gauthie : « Nous aurons évidemment des vins de Vosne et des Bourgogne, mais aussi des vins français avec la seule exigence qu’ils soient biologiques et des vins du monde entier en biodynamie. Ceux qui viennent ici et les habitants en premier lieu ont envie de découvrir d’autres vins ». À la tête de cette cave exceptionnellement fournie, un tout jeune ponte de la sommellerie, Christopher Lecoufle, ancien de chez Lasserre qui a fait ses armes auprès d’Antoine Petrus, de Gérard Basset (meilleur sommelier du monde 2010) et qui fut en charge de l’ouverture de Taillevent à Londres : « Je voulais que nous ayons un vrai sommelier. Les gens qui viennent ici veulent un Vosne-Romanée-Conti. Il faut leur expliquer gentiment que ça n’existe pas mais qu’on peut leur proposer d’autres choses. »

Un lieu de vie

Mais plus qu’un lieu consacré au vin, Louis Michel Liger-Belair a voulu retrouver son village : « L’endroit s’appellera La Cuverie, parce que c’était une cuverie mais aussi le nom du bar du village quand j’étais gosse. Puis, sourit-il, quand les vignerons seront ici le soir pour boire une bière ou regarder un match, ils pourront dire qu’ils sont encore à la cuverie sans mentir… ». Pour la conception, La cuverie a fait l’objet d’un concours d’architecture : « Je voulais une place de village. Deux architectes nous ont proposé une rue commerçante. Marc Le Monnier, de Dijon a été le seul à répondre à nos attentes : un lieu de vie et de services accessible à tous. Les gens qui viennent ici doivent venir dans un environnement accueillant, pas un lieu snobe ».


>LIRE AUSSI : Le vin de Dijon aura t-il bientôt sa propre appellation ?


En parallèle du bar à vin, La Cuverie proposera un espace jeux d’extérieur, une sandwicherie, mais aussi un distributeur « de survie » en extérieur pour proposer des produits lors de la fermeture. En Mars 2023, quatre chambres d’hôtes viendront compléter l’offre. Du côté es investissements, Louis Michel Liger-Belair ne donne pas de chiffres : « C’est énorme. Nous avons voulu préserver la maison parce que nous sommes attachés à la famille depuis les années 1930. Ils a fallu un gros travail de rénovation ».

Quant aux tarifs : « Je ne suis pas un spéculatif. Les vins qui seront vendus ont tous la même marge, ce qui fait que nous aurons des vins biologiques à 10 euros ». Mais pour conclure, Louis-Michel rappelle que sa famille exploite la vigne à Vosne-Romanée depuis 1815 : « J’ai voulu redonner à mon village qu’il nous a tant donné depuis plus de 200 ans. C’est à des familles comme nous qui ont tant obtenu de leur village de le faire ». Rendez-vous mi-novembre pour l’ouverture…

Antoine Gavory