Informations régionales économiques et juridiques
93e année

A Digoin, la chasse au gaspillage est ouverte

Enérgie. À l’image de nombreuses communes, Digoin, avec une facture énergétique qui pourrait passer de 400.000 à plus d’un million d’euros, cherche des pistes d’économie.

A Digoin, la chasse au gaspillage est ouverte
Comme toutes les communes, Digoin cherche à réduire sa consommation énergétique. Une explosion des coûts qui met en péril les futurs investissements de la ville. (Crédit : Freepik)

Si l’on parle beaucoup de l’explosion des cours de l’énergie pour les entreprises et dans une moindre mesure pour les particuliers, il n’en va pas de même pour les communes. Si la prolongation du bouclier tarifaire sera prolongé selon les annonces de la Première ministre Elisabeth Borne pour les 30.000 petites communes dont le budget de fonctionnement est inférieur à deux millions d’euros, il n’en est pas de même pour les 6.000 restants qui voient leur facture exploser.


>LIRE AUSSI : Saurea tient salons de Dubaï à Las Vegas


À Digoin, c’est donc un véritable plan de bataille que le conseil municipal a décidé de mener, avec pour objectif, une diminution de la consommation de gaz dont le coût est passé de 191.000 euros en 2021 à environ 475.000 euros d’ici décembre prochain, sachant que le contrat passé avec le fournisseur court jusqu’en 2024. Côté électricité en revanche, le nouveau contrat qui démarrera au 1er janvier 2023 est une nébuleuse quant au coût pour la commune : « La hausse annoncée par le syndicat départemental d’énergie de Saône-et-Loire est de l’ordre de 3,5, voire quatre fois les prix d’aujourd’hui » explique Fabien Genêt, sénateur et conseiller municipal soit une hausse de 272.000 euros à plus d’un million d’euros.

Des décisions difficiles

La chasse au gaspillage est donc ouverte. Réunie il y a quelques jours, l’association des maires de Saône-et-Loire (AMSL 71) a informé le préfet et va interpeller les députés pour demander une aide d’urgence et notamment, l’extension du bouclier tarifaire à toutes les communes. Mais pour le moment, les élus de Digoin cherchent des outils immédiats. Parmi eux, un plutôt facile à mettre en place et déjà adopté par nombre de communes en France : la diminution, voire la suppression de l’éclairage public nocturne qui représente jusqu’à la moitié de la consommation.

Pour les autres mesures, un bureau d’étude et un représentant du syndicat départemental vont être en charge de proposer des pistes d’amélioration : modernisation des éclairages, travaux de rénovation des locaux municipaux, baisse du chauffage, fermetures de locaux, autant de pistes que les élus ne s’interdisent pas. La maire, David Bême a d’ailleurs expliqué que des points réguliers seraient faits en conseil municipal et que « Des décisions difficiles seront peut-être à prendre si la situation le nécessite ». Un refrain que l’on risque de trop entendre parmi les communes de France…

Antoine Gavory