Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Saurea tient salons de Dubaï à Las Vegas

Innovation. En phase de développement commercial, la start-up auxerroise va présenter son moteur solaire disruptif lors des deux plus grands salons internationaux dédiés aux nouvelles technologies.

Saurea tient salons de Dubaï à Las Vegas
À quelques semaines de la première échéance, Gilles Coty - directeur R&D - et Isabelle Gallet-Coty - présidente de Saurea - peaufinent la présentation de leur démonstrateur. (Crédit : JDP)

Dans ses nouveaux locaux de la rue du Moulin du Président, la petite équipe s’affaire autour d’Isabelle Gallet-Coty afin d’ajuster les derniers réglages de son démonstrateur. Du 10 au 14 octobre, Saurea (Solar Autonomous Reliable Applications) présentera son moteur solaire au très couru Gitex Global de Dubaï. Un évènement sans précédent pour la deeptech auxerroise sur lequel la présidente fonde beaucoup d’espoir. « Dans un salon où il est beaucoup question de data et de IoT, nous allons pouvoir montrer notre technologie autonome aux industriels, aux financeurs et aux intégrateurs de la planète. » L’occasion aussi de nouer des liens stratégiques avec d’éventuels partenaires dans l’objectif d’accélérer la mise sur le marché d’un moteur de rupture aux mille vertus, notamment dans ses applications en site « off-grid ». « Nous espérons pouvoir aussi rentrer en contact avec la présidente du Centre d’innovation solaire de Dubaï », souligne l’ingénieur en physiques appliquées.


>LIRE AUSSI : Les microsystèmes électromécaniques Silmach recherchés


Protégée par cinq brevets et récompensée de six trophées de l’innovation, la solution unique au monde développée par Saurea tiendra, par ailleurs, la vedette au World Impact Summit qui se tiendra le 30 novembre et le 1er décembre à Bordeaux. Au sommet des solutions à impact positif pour le climat, les dirigeants de la start-up entendent conforter leur notoriété sur le marché français dans un salon où leur moteur « 100 % solaire, 0 % électronique, 100 % mécanique » fait figure de référence, tant sur le plan environnemental que socio-économique. En janvier prochain, Saurea achèvera son périple dans le Nevada puisqu’elle fait partie du contingent français retenu pour participer au prestigieux CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas. « L’objectif poursuivi est un peu différent de celui de Dubaï puisque nous allons nous confronter à des problématiques propres au marché américain et à l’intérêt commercial porté au produit. »

Le solaire converti en énergie mécanique

Créé en 2016, après 15 ans de recherche fondamentale en partenariat avec l’ENS Cachan et Central Sup Elec, Saurea a d’abord imaginé un moteur autonome dans le but d’actionner les pompes à piston des sites isolées énergétiquement, dans les pays émergents. « Développer l’accès à l’eau constitue notre réseau d’être », rappelle Isabelle Gallet-Coty. « Un moteur de 130 watts représente la force de la motricité humaine nécessaire pour le pompage manuel. » En utilisant la seule énergie solaire grâce à un procédé photovoltaïque inédit, cette solution sans composant électronique ni batterie, garantie 20 ans sans maintenance, permet de puiser et de stocker l’eau pour l’irrigation maraîchère nourricière ou pour le transport de l’eau jusqu’au bétail dans des zones sans électricité et éprouvées par des conditions de température et d’hygrométrie importantes.

Les trois gammes de moteur commercialisées ont permis d’étendre leurs utilisations à d’autres applications, urbaines et périurbaines, comme la ventilation, le brassage de l’eau en aquaponie ou la brumisation dans les îlots de fraîcheur. « En partenariat avec la SNCF, nous avons installé un pilote pour la ventilation de locaux désaffectés de la gare de Marles-en-Brie. Nous travaillons également avec VNF pour développer des systèmes de brumisation autonomes près des écluses. L’objectif de notre feuille de route R&D est d’augmenter progressivement la puissance des moteurs. » De nombreux autres usages restent encore à définir. De retour de Dubaï et de Las Vegas, Saurea pourrait prendre une tout autre dimension.

Stéphane Bourdier