Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Autun met en place le transport à 50 centimes par jour

Transports. Engagée dans la transition écologique, la Communauté de communes du Grand Autunois Morvan instaure le transport à 50 centimes par jour sur son réseau « Ça roule ».

Autun met en place le transport à 50 centimes par jour
Frédéric Brochot, Marie-Claude Barnay et Jean-Guillaume Flint, directeur régional de Transdev Bourgogne Franche-Comté Sud ont inauguré la nouvelle identité du réseau « Ça roule » au début du mois. (Crédit : A. Gavory)

Face à l’inflation, alors que la SNCF annonce augmenter ses prix de 5%, la Communauté de communes du Grand Autunois Morvan (CCGAM) aide les usagers face à l’inflation, les prix des carburants et les nécessaires changements de comportement en matière de déplacement. Depuis la rentrée, la CCGAM a en effet mis en place le transport à cinquante centimes par jour sur son réseau flambant neuf appelé « Ça roule ». Il comprend trois lignes, desservant les axes nord-sud/est-ouest de la ville et alimente ainsi les principaux lieux de vie, services publics, loisirs et commerces.

600.000 euros pour la collectivité

Cette initiative est le résultat d’une concertation qui aura duré entre le prestataire Transdev et la CCGAM et qui repose sur un constat : dans le Grand Autunois Morvan, 10.000 habitants vivent à moins de 300 mètres d’un arrêt de bus. Une situation géographique qui, pour Frédéric Brochot, vice-président en charge de Transition écologique, de l’Environnement et de la Mobilité à la CCGAM, doit inciter les usagers à s’engager dans les nouveaux modes de déplacement tant à la ville, grâce au réseau urbain, qu’à la campagne via le transport à la demande. Alimentés en biocarburants, les véhicules sont aussi accessibles aux personnes à mobilité réduite et ont permis de multiplier par trois le périmètre de desserte (69.000 kilomètres par an contre 23.000 précédemment).


>LIRE AUSSI : Le covoiturage se fait une place (de parking) à Grand Besançon Métropole


Avec des trajets à un euro ou un abonnement à 12 euros par mois (dont la moitié doit être prise obligatoirement en charge par l’employeur s’il est nécessaire aux déplacements domicile-travail des salariés), la CCGAM espère désacraliser l’usage de la voiture. Pour Marie-Claude Barnay, Présidente de la Communauté de communes : « Cela implique une volonté forte de la CCGAM » et rappelle que pour que l’usager puisse bénéficier de tels tarifs, c’est « parce que la collectivité abonde fortement de son côté à raison de 16,23 euros par an et par habitant » soit une dépense globale supplémentaire de 600.000 euros par an. Un changement de comportement qui servira également de retour d’expérience pour une adaptation du modèle, des horaires ou des itinéraires mais qui pourrait être revu, précise la présidente, si l’incitation ne fonctionne pas suffisamment.

Antoine Gavory