Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Avec le Plui, vient le beau-temps de l’urbanisme durable

Urbanisme. Grand Besançon Métropole élabore actuellement son futur Plan local d’urbanisme intercommunal (Plui) et, à ce titre, lance une démarche de concertation avec la population et les forces vives du territoire.

GBM - Plui - Doubs
Grand Besançon Métropole consulte sa population pour plan d’urbanisme local. (Crédit : GBM).

L’année 2021 a permis aux élus d’amorcer la phase de diagnostic du Plan local d’urbanisme intercommunal (Plui). Elle se poursuit au cours du premier semestre 2022, notamment avec l’organisation de réunions publiques participatives, intitulées « Les rencontres citoyennes du PLUi ». Ces réunions publiques participatives, qui doivent permettre aux habitants et aux usagers d’accéder aux informations relatives au projet et de formuler des observations et des propositions, sont réparties sur l’ensemble du territoire de Grand Besançon Métropole, dont une, proposée en format numérique. Le Plui est un document d’urbanisme réglementaire qui dessine le territoire intercommunal à un horizon de 12 à 15 ans. Co-construit avec les 68 communes de l’agglomération et l’ensemble des acteurs et partenaires, en concertation avec la population et dans la continuité des grandes orientations du Schéma de cohérence territoriale (Scot) de l’agglomération bisontine, le Plui constituera le document unique qui se substituera aux Plans locaux d’urbanisme des communes.


> LIRE AUSSI : Interreg : un puissant effet de levier pour les collectivités, au service des habitants


« Le Plui doit relever le défi de l’attractivité, tout en créant un territoire de qualité, respectueux des principes du développement durable et où chacun puisse s’épanouir, précise les élus. La réussite de la démarche passe par l’équilibre à trouver entre préservation et développement, cohérence et spécificités, marge de manœuvre et règle. La loi Climat et Résilience de 2021 impose désormais une trajectoire progressive vers l’absence d’artificialisation nette pour 2050. Le Plui de GBM doit notamment prendre en compte ces nouvelles exigences  ».

Frédéric Chevalier