Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Est-ce la fin pour Dijon Congrexpo ?

Évènementiel. La DSP pour l’exploitation du Parc des expositions et des Congrès s’achève le 31 décembre 2022. Un dossier porté par la CCI et GL Events fait face à celui de l’actuel délégataire.

Est-ce la fin pour Dijon Congrexpo ?
Hors années covid, Dijon Congrexpo organisait environ 170 évènements et revendique 21 millions de retombées économiques pour la ville de Dijon. (Crédit : JDP)

Alors que la 92e Foire internationale et gastronomique de Dijon débute, l’échéance approche de la fin de la délégation de service public pour l’exploitation du Parc des expositions et des congrès de Dijon, centre névralgique des manifestations de la ville. Le principe de reconduction d’une DSP d’une durée de cinq ans a été approuvé lors du conseil municipal du 13 décembre 2021. Un rapport annexé avait estimé à 12 millions d’euros le montant, pris en charge par Dijon, des travaux de rénovation du bâtiment - provoquant des questions sur la cohérence de cette somme de la part de l’opposition - fermant de fait tout projet de reconstruction hors la ville, comme certains le souhaitaient : « Il n’y aura pas de construction à l’extérieur, avait affirmé François Rebsamen. C’est un rêve, c’est un délire, c’est anti-écolo à mort il n’en est même pas question ». Fermez le ban.

Dijon Congrexpo vs CCI/GL Events

Deux dossiers ont été auditionnés pour la poursuite de l’exploitation à compter du 1 er janvier 2023 : celui de l’actuel délégataire, l’association Dijon Congrexpo, et une offre conjointe, portée par la CCI Côte-d’Or Saône-et-Loire (minoritaire en terme de parts - 20 % - mais majoritaire dans le Conseil d’orientation et de surveillance de l’entité soumissionnaire) associée au géant de l’évènementiel GL Events. « Je sais que nous avons rendu la meilleure copie », affirme sobrement Jean Battault, président de Dijon Congrexpo qui semble pourtant ne se faire guère d’illusion quant au choix du futur délégataire. Laurent Bourguignat (Dijon Autrement) s’insurge déjà, faisant écho aux inquiétudes exprimées par les prestataires locaux.


>LIRE AUSSI : Vin et gastronomie durable à la foire


« Je m’opposerai à l’éventuel choix de GL Events. C’est un grand groupe national, qui ne connaît ni Dijon, ni son tissu, ni ses acteurs économiques. Je m’inquiète notamment pour le choix des sous-traitants dans l’organisation des congrès. GL risquerait d’arriver avec ses partenaires nationaux, là où il faut absolument privilégier les prestataires locaux. » Contactée, la ville de Dijon n’a pas souhaité faire de commentaires. Le choix du futur délégataire pourrait faire l’objet d’un vote lors d’un conseil municipal le 12 décembre prochain.

Antonin Tabard, Emmanuelle de Jesus