Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le CHU Dijon Bourgogne récompensé pour une recherche sur la Covid

Santé. Le programme de recherche mené au sein du service ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne sur les liens entre sécheresse oculaire et Covid-19 s’est vu décerner la bourse Unadev de la Société française d’ophtalmologie.

Le CHU Dijon Bourgogne récompensé pour une recherche sur la Covid
(Crédit : Pixabay)

Caroline Conese, interne en ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne depuis quatre ans et qui complète aujourd’hui sa formation par un master en santé publique, a reçu une bourse de recherche de 5.000 euros de la Société française d’ophtalmologie, en partenariat avec l’Union des aveugles et déficients visuels (Unadev). Une reconnaissance pour le programme de recherche qu’elle mène avec l’établissement de santé dijonnais. Tout est parti d’une question : le syndrome sec oculaire a-t-il une influence sur la survenue d’une infection à Covid-19 ? « Les personnes qui ont les yeux secs ont tendance à mal utiliser leur masque, se touchent plus fréquemment les yeux, explique la chercheuse. Nous avons donc l’intuition que la sécheresse oculaire rend ces personnes plus sensibles au déclenchement d’un Covid ».

Un échantillon de 65.000 patients

Pour étayer scientifiquement cette intuition, alors qu’il n’existe à ce jour aucune littérature sur le sujet, l’étude engagée au CHU Dijon Bourgogne porte sur environ 65 000 patients choisis dans la base de données institutionnelle de l’assurance maladie, développe l’établissement dijonnais. Ces personnes atteintes de sécheresse oculaire sont identifiées par leur achat récurrent de larmes artificielles. Le taux de survenue d’une infection à Covid-19 ayant nécessité une hospitalisation dans cette population est alors comparée à celui observé chez 65.000 à 130.000 autres Français qui ne consomment pas de larmes.


>LIRE AUSSI : AdhexPharma poursuit sa croissance avec tesa Labtec


Cette étude épidémiologique et statistique est actuellement menée par Caroline Conese avec l’appui d’un informaticien du département de l’information médicale, Éric Benzenine, et sous la supervision de la professeure Catherine Creuzot-Garcher, cheffe du service ophtalmologie, de la professeure Catherine Quantin, cheffe de service au sein du département de l’information médicale, ainsi que des docteurs Anne-Sophie Mariet et Florian Baudin. Cette dernière devrait rendre ses premiers résultats début 2023. En quelques chiffres, le service ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne reçoit quelque 45.000 patients chaque année en consultation et procède à pas moins de 4.000 interventions chirurgicales, grâce à ses 14 chirurgiens.

Antonin Tabard