Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Le Grand Sénonais s’équipe pour lutter contre les allergies au pollen

Santé. Le Grand Sénonais a mis en place cinq capteurs pour mesurer et identifier les pollens afin d’aider sa population à réduire les risques d’allergie.

Le Grand Sénonais s'équipe pour lutter contre les allergies au pollen
Cinq capteurs ont été installés sur le territoire du Grand Sénonais pour détecter et mesurer les pollens. (Crédit : Lify Air)

Depuis le printemps 2022, le Grand Sénonais compte cinq capteurs optiques de la société orléanaise Lify Air. Installés à Sens et à Villeneuve-sur-Yonne, à proximité d’écoles notamment, ces outils visent à identifier et mesurer les microparticules et les pollens en particulier. « Toutes les allergies ne reposent pas sur la même espèce et n’impactent pas avec la même sensibilité les allergiques » précise Jérôme Richard, co-fondateur de la start-up à l’origine du dispositif.


>LIRE AUSSI : Le CHU Dijon Bourgogne inaugure son nouveau centre de simulation en santé


A côté de communes et communautés de communes comme Rouen, Saint-Etienne, Vichy, Bastia ou encore Dunkerque, le Grand Sénonais s’inscrit parmi les territoires ayant adoptés la solution. « Nous suivons attentivement la qualité de l’air. Nous sommes touchés par les pollens résultant d’une activité agricole intense » explique Stéphane Pérennes, vice-président du Grand Sénonais en charge de la transition écologique.

Le coût des allergies

Alors que le 30% des français développent des allergies au pollen et que ce nombre ne cesse de croître et pourrait atteindre 50% d’ici 2050, la communauté d’agglomération du Grand Sénonais mesure l’impact des allergies. « Nous avons deux importantes zones industrielles qui constatent de nombreux arrêts de travail en lien avec les allergies et cela a un coût » insiste l’élu.

Le Grand Sénonais s'équipe pour lutter contre les allergies au pollen
L’application LivePollen permet aux utilisateurs de connaitre les zones à risque et d’anticiper leur traitement. (Lify Air)

Dans une phase expérimentale, la collectivité n’a pas encore de résultats mais espère que, grâce à l’application LivePollen développée par Lify Air et déjà téléchargée près de 10 000 fois en France, les habitants concernés pourront prévenir les risques allergiques et anticiper la prise d’antihistaminique. « Le coût moyen pour une commune est de 20.000 euros pour cinq capteurs et un abonnement annuel » complète Jérôme Richard, précisant également que les capteurs sont industrialisés en Bourgogne Franche-Comté, en Haute-Saône.

Nadège Hubert