Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Les Hauts de l’Armançon : Un projet éolien exemplaire ?

Développement durable. Trois villages du Tonnerrois - Nuits-sur-Armançon, Aisy-sur-Armançon et Cry - devraient accueillir sur leur territoire un parc éolien « nouvelle génération » de grande puissance, sous réserve d’obtention des autorisations préfectorales. Pour cela, l’entreprise WPD s’est engagée à respecter un cahier des charges drastique, tant sur le volet environnemental qu’économique.

Eolien - Ambition - Hauts de l'Armançon - Energie verte
Les Hauts de l’Armançon ont développé un ambitieux projet de parc éolien. (Crédit : Pixabay).

Il a été dimensionné pour produire annuellement 263 Gigawatt-heures, soit la consommation électrique résidentielle d’un tiers du département de l’Yonne. Le projet de parc éolien des Hauts de l’Armançon a de quoi donner des vertiges. À commencer par la hauteur de ses aérogénérateurs - 18 en tout - qui culmineront à 240 mètres en bout de pale. L’investissement prévu par l’opérateur allemand WPD, qui a remporté l’appel d’offres lancé par les trois communes du Tonnerrois, s’élève à quelque 130 millions d’euros.


> A LIRE AUSSI : Grand Besançon Métropole étend son réseau de chaleur


« Notre réflexion commune a débuté en 2015 lors de la Cop21. Nous nous sommes posé la question de comment apporter notre contribution au changement climatique et à la transition énergétique », explique Jean-Louis Gonon, le maire de Nuits-sur-Armançon. « Nous avons alors opté pour l’énergie éolienne : un parc implanté sur les domaines communaux dans des zones boisées en train de dépérir. Notre objectif était de construire un véritable programme environnemental pour que cela soit mieux après qu’avant ! »

D’importantes retombées économiques locales

À l’issue des consultations, c’est donc WPD qui a répondu le mieux aux exigences des trois municipalités qui avaient établi, au préalable, un cahier des charges « ambitieux », pourvu d’une cinquantaine de clauses, comme la reforestation d’espèces mieux adaptées à l’écosystème local, la mise en valeur du patrimoine ou la préservation de la qualité de l’eau. Situé entre 1,5 et trois kilomètres des premières habitations, ce nouveau parc éolien tonnerrois devrait assurer une redevance annuelle de l’ordre d’un million d’euros répartie entre les différentes collectivités territoriales.

Les sites d’implantation des éoliennes (Crédit : Les Hauts de l’Armançon)

De son côté, l’opérateur affiche sa volonté de privilégier des partenariats avec les entreprises du territoire et estime à 10 millions d’euros la somme qui pourrait être injectée dans l’économie locale. Une « charte d’engagement en faveur de l’attractivité économique, environnementale et sociale des territoires » a, par ailleurs, été ratifiée, le 23 février dernier, avec les représentants de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) de Bourgogne-Franche-Comté. « Notre souhait est que l’enquête publique soit menée dès la fin de l’année et que le démarrage du chantier puisse avoir lieu l’an prochain », précise Jean-Louis Gonon. « Nous avons recueilli un large consensus auprès de nos habitants. »

Stéphane Bourdier