Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Neuf millions d’euros pour la protection de l’enfance

Social. Face à l’explosion du nombre d’enfants confiés à l’Aide sociale à l’enfance, le département de Saône-et-Loire débloque une enveloppe exceptionnelle de neuf millions d’euros.

Neuf millions d'euros pour la protection de l'enfance
(Crédit : DR)

Avec neuf millions d’euros supplémentaires à son enveloppe annuelle de 55 millions d’euros consacrée à l’Aide sociale à l’enfance (ASE), le conseil départemental de Saône-et-Loire renforce exceptionnellement sa participation pour s’assurer que les conditions d’accueil des mineurs confiés sont réunies. L’occasion également de sonner l’alerte : en trois ans, le nombre d’enfants confiés aux services sociaux a augmenté de 11% (1.560 en 2021 contre 1.034 en 2015 et 981 en 2010) dans un contexte où les signalements pour suspicion de maltraitance ont explosé : plus 40% entre 2020 et 2021 après une augmentation régulière depuis 2010.

S’adapter face à la loi Taquet

Dans ce contexte, le département veut revoir sa politique d’accueil à travers un appel à projet auprès des opérateurs spécialisés pour répondre à l’augmentation des cas d’enfants touchés par des troubles psychiatriques, des addictions, des comportements à risque ou des troubles à caractère sexuel. Autre problématique, la loi Taquet, adoptée depuis le 7 février dernier, interdit la séparation des fratries mais demande aux infrastructures de s’adapter face à l’augmentation du nombre de nourrissons confiés à L’ASE.


>LIRE AUSSI : GBM et l’état signent de nouveaux Paqte pour l’insertion des jeunes des quartiers


Déployées sur plusieurs années entre 2022 et 2023, 144 places supplémentaires vont donc être créées au sein de familles d’accueil ou de foyers existants. Parmi elles, 24 places d’accueil pour les prises en charges atypiques et la création d’une Maison d’enfants à caractère social (MCES) de 48 places offrant un environnement de type familial aux enfants, permettant l’accueil des fratries et incluant également celui des 0-6 ans dans une pouponnière de 16 places. Pour les assistants familiaux particulièrement touchés par l’évolution des prix, une prime exceptionnelle de 150 euros sera versée pour les salaires inférieurs à 2.200 euros pour le mois de juin.

Antoine Gavory