Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Pays de Montbéliard Agglomération mise sur le co-voiturage

Mobilité. Depuis plusieurs années, Pays de Montbéliard Agglomération mène une politique active en matière de transport. A côté du réseau de transport en commun, du service de transport à la demande et de la location de vélo, la collectivité a inauguré début octobre une nouvelle solution dédiée au covoiturage.

Pays de Montbéliard Agglomération mise sur le co-voiturage
Pays de Montbéliard Agglomération n’a pas encore établi le budget alloué à la prise en charge de la moitié des déplacements en covoiturage, attendant d’évaluer le succès du projet. (Crédit : Karos)

Pour réduire le nombre d’automobiliste seul dans leur véhicule, le Pays de Montbéliard Agglomération a développé une nouvelle solution de mobilité par l’intermédiaire du réseau évolitY. « Nous sommes dans un territoire de voiture, ce moyen de transport assure une certaine flexibilité de mobilité, notamment pour les personnes isolées mais c’est un enjeu à la fois environnemental et économique » précise Damien Charlet, vice-président de la collectivité en charge des mobilités.


>LIRE AUSSI : À Auxerre, la gare se veut plus accueillante


Après avoir lancé la location de vélos électriques l’an dernier, PMA mise cette année sur le covoiturage. Grâce à l’application « évolitY Covoiturage », chaque conducteur peut proposer un trajet dans l’agglomération contre une rémunération de deux euros par passager. Le passager ne paiera lui qu’un euro, le prix d’un titre de transport évolitY, la différence étant prise en charge par la collectivité. « On veut montrer que le covoiturage ne coûte pas plus cher que le bus ! »

Le succès du covoiturage

« Nous ne pouvions pas répliquer à l’échelle locale ce qui fonctionne pour les longues distances. Nous avons cherché à rendre intéressants les déplacements du quotidien. » L’application répertorie l’ensemble des covoiturages disponibles mais présente également les différentes offres possibles telles que le bus ou le vélo. En trois jours à peine, l’application comptait déjà 500 inscrits, laissant l’élu penser au succès à venir. « Nous allons également mettre en place des partenariats avec des entreprises du territoire à la recherche de solutions de mobilités. » En parallèle du covoiturage, les étudiants peuvent quant à eux profiter du nouveau pass’campus à 18 euros porté par le Pôle Métropolitain Nord Franche-Comté.

Nadège Hubert