Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Tourisme : le monde d’après mieux que le monde d’avant

Tourisme. Malgré le contexte économique, la Saône-et-Loire a retrouvé sa fréquentation touristique d’avant la crise sanitaire.

Tourisme : le monde d'après mieux que le monde d'avant
(Crédit : Conseil Départemental de Saône-et-Loire)

Si l’on en croit les professionnels, tant sur les vins que sur le tourisme, 2022 sera un cru exceptionnel. C’est en ces termes qu’Élisabeth Roblot, vice-présidente en charge du tourisme, a présenté le bilan de la saison touristique aux côtés du président du conseil départemental, André Accary. Une bonne nouvelle pour les professionnels qui voient ainsi l’activité du département renouer - voire dépasser - les chiffres d’avant la crise sanitaire. Par rapport à 2021, les chiffres sont sans appel : +17% de fréquentation globale.

La clientèle étrangère a augmenté de 44% sur un an, permettant même aux nuitées allemandes, suisses ou britanniques de faire mieux qu’en 2019 (+6,4%) et compensant les locaux qui ont privilégié les départements extérieurs (-9%). Si 70% des acteurs du tourisme se disent satisfaits, un bémol malgré tout : compte-tenu de l’inflation cet été, si la durée des séjours est stable, les dépenses des touristes sont en revanche en baisse par rapport à 2021.

Une politique offensive

Tourisme : le monde d'après mieux que le monde d'avant
André Accary, président du Conseil Départemental de Saône-et-Loire, et Elisabeth Roblot, vice-présidente en charge du tourisme, présente le bilan de la saison touristique 2022. (Crédit : Conseil Départemental de Saône-et-Loire)

Derrière ce succès, on peut certes citer la politique touristique de la Saône-et-Loire menée depuis 2015, notamment autour de l’opération Route 71 et qui mise sur le registre de la nostalgie et de l’Amérique, du moins ce qu’elle véhicule de fantasmes. Mais, après la crise sanitaire et deux saisons 2019 et 2020 incertaines, le département avait mis toutes les chances de son côté.


>LIRE AUSSI : La Rêverie : oser le tourisme rural


Des chances qui ont un prix : 500.000 euros dont 250.000 dévolus à une campagne d’affichage « Vous seriez tellement mieux ici », dans les métros de Paris et Lyon, grandes villes du Grand-Est, une campagne radio (Radio Scoop, RFM, Nostalgie, Autoroute Info et NRJ) et une présence digitale renforcée. 100.000 euros pour attirer 30.000 visiteurs dans la plus petite commune du département (19 habitants) pour le premier rassemblement européen de combis VW à Chérizet ou encore 50.000 euros pour un partenariat avec l’émission « Petits plats en équilibre » animée par Laurent Mariotte, sur TF1 et qui aura attiré 483 millions de téléspectateurs à l’occasion des 35 émissions diffusées trois fois par jour du 4 juillet au 2 septembre. Sans oublier le spectacle 1900 au Château de Digoine qui, après avoir séduit 14.000 spectateurs, sera renouvelé en 2023.

Rien se semble donc avoir terni le succès touristique de la Saône-et-Loire à l’exception d’un élément : le manque de main d’oeuvre chez les professionnels (restaurants, hôtels…) qui ont poussé certains d’entre eux à fermer une journée par semaine. Une situation qui pourrait encore s’aggraver en arrière-saison alors que 76% des professionnels du tourisme sont confiants et que les prévisions pour le mois de septembre sont plus que positives.

Antoine Gavory