Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Une cheminée tombe pour que s’élève la Grande Bibliothèque

Urbanisme. Jeudi 12 mai le top départ officiel de la démolition du site Saint-Jacques au centre-ville de Besançon a été donné. Un lieu appelé à accueillir la Grande Bibliothèque, élément phare de la future Cité internationale des savoirs et de l’innovation.

Démolition -quartier saint-jean - bibliothèque
Les travaux de démolition de la cheminée ont débuté le 12 mai. (Crédit : JDP).

Pour lancer officiellement le chantier de déconstruction de l’ancien hôpital Saint-Jacques à Besançon la collectivité avait besoin d’un marqueur fort. Le choix s’est porté sur la cheminée de la chaufferie. Ce symbole d’urbanisme bisontin, haut de 30 mètres coche toutes les cases. Attaquée par le sommet depuis une nacelle, par deux ouvriers armés de marteau-piqueur, la structure sera grignotée sur dix mètres, avant qu’une pelle de démolition ne prenne le relais jusqu’à la base. Environ deux semaines seront nécessaires pour que ce monument disparaisse complètement du paysage. En lieu et place doit prendre place « une Grande Bibliothèque qui rayonnera sur l’ensemble du territoire, tant tout ce qui fait société passe par la lecture », selon les mots d’Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole et maire de la ville.


> A LIRE AUSSI : Sens Intense, une agence d’attractivité aux ambitions affirmées


Ce nouveau centre culturel réunira en un seul lieu : une bibliothèque de lecture publique qui rassemblera les services de la médiathèque Pierre Bayle et de la bibliothèque d’études et de conservation et une bibliothèque universitaire qui abritera les collections et les services nécessaires aux étudiants de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

UN PROJET DANS LE PROJET

Ce futur édifice s’inscrit comme une des principales composantes du projet de requalification urbaine du site Saint-Jacques, libéré à la suite du déménagement du Centre hospitalier régionale universitaire (CHRU) en périphérie ouest de la ville (site des Hauts-du-Chazal). Projet qui prévoit la création d’une Cité internationale des savoirs et de l’innovation.

D’une surface utile de 9.121 mètres carrés, cet équipement culturel située le long de l’avenue du 8 mai 1945, viendra s’appuyer sur le bâtiment Saint-Bernard, datant du XVIIe, classé aux Monument historique. Il s’adressera à un large public (familles, jeunes, personnes en situation de handicap…). Bénéficiant d’horaires d’ouverture étendus, il proposera une offre de services élargie (livres, revues, abonnements numériques, jeux vidéo…). «  Ce bâtiment viendra consolider la dynamique de l’UFC et la notion de ville-campus, tout en permettant de construire une politique intercommunale de lecture publique à la dimension du territoire de GBM et de protéger les riches collections patrimoniales de la bibliothèque d’étude et de conservation », appuie Éric Monnin, vice-président de l’UFC.

UN PROJET EN PLUSIEURS ETAPES

À l’été 2020, puis en décembre 2021, des phases de désamiantage et de déconstruction ont été réalisées : curage de l’intérieur du bâtiment Saint-Bernard, déconstruction des bâtiments préfabriqués (imprimerie, pharmacie et chambre froide) ainsi que l’ancienne école des sages-femmes, et de la chaufferie. L’achèvement de ces travaux est programmé pour juin. S’en suivra le chantier, de 2023 à 2026, les travaux de construction de la Grande Bibliothèque, pour une ouverture au public prévue pour fin 2026.

L’entreprise Melchiorre titulaire du marché s’est engagée à valoriser au maximum les déchets en privilégiant les filières de recyclage aux centres d’enfouissement. Le coût total de l’opération est de 70,8 millions d’euros.

Frédéric Chevalier