Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Best of : ce qu’il ne fallait pas manquer en 2021 (5/5)

Retrospective. Pour finir l’année et avant d’entamer 2022, l’équipe du Journal du Palais a sélectionné les actualités qu’il fallait retenir, vous proposant chaque jour un échantillon de ce qu’il s’est passé en Bourgogne Franche-Comté en 2021.

Sésame : une solution d’open payment bisontine

La nouvelle solution Sésame développée par le groupe bisontin Flowbird (ex Parkeon), leader mondial de la mobilité urbaine, permet à un usager, sans être abonné, de voyager en règle dans les transports publics en utilisant la fonctionnalité sans contact de sa carte bancaire ou de manière dématérialisée via son smartphone, sur les valideurs installés à bord des bus et tramways. Une facilité de paiement que les dijonnais connaissent bien, puisque via l’opérateur privé de transport public Keolis, ils furent les premiers en France, en mars 2018, à en bénéficier au sein de leur tram.

Si l’open payment déployé par Keolis permet à l’usager d’obtenir le meilleur rapport qualité-prix, via un plafonnement automatique des tarifs sur une journée, la solution développée par Flowbird va plus loin en proposant une optimisation tarifaire qui peut se faire à la journée, à la semaine ou au mois. L’innovation a nécessité plusieurs millions d’euros d’investissement sur trois ans et mobilisé 40 personnes sur le site de production de Besançon.

Amazon crée 250 emplois à Longvic

C’est, pour la métropole dijonnaise, une annonce qui « confirme une nouvelle fois la pertinence et la qualité du travail mené dans le cadre des politiques économiques ambitieuses de Dijon métropole, au service de l’emploi et du rayonnement de la région ». Amazon Logistics a en effet choisi la zone d’activité de Longvic pour y installer sa prochaine agence de livraison du dernier kilomètre.

Cette implantation fait suite aux engagements majeurs pris par le géant du e-commerce pour protéger l’environnement avec l’objectif du zéro émission carbone à l’horizon 2040. « Cet engagement comprend une commande historique de véhicules électriques pour la livraison, le recours à 100% d’énergie renouvelable dès 2025, le déploiement de programmes innovants pour réduire ou supprimer les emballages, ainsi que des investissements dans des efforts de reforestation », développe Amazon qui devrait créer 250 emplois sur la métropole.

« La CCI métropole de Bourgogne est née »

Fruit d’une dizaine d’années de travail et de réflexion, les Chambres de commerce et d’industrie Côte-d’Or Dijon métropole et Saône-et-Loire se sont officiellement réunies lundi 29 novembre pour ne devenir plus qu’une seule et même CCI, la CCI métropole de Bourgogne. Cette dernière agira sur les deux départements de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire en faveur du développement des 48.000 entreprises du commerce, des services et de l’industrie.

La période électorale achevée, c’est la liste d’union patronale 21/71, élue par les chefs d’entreprise de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, qui conduira les affaires de la future CCI pour les cinq prochaines années. Pour l’occasion, les anciens et derniers présidents de ces deux CCI territoriales, Xavier Mirepoix pour la Côte-d’Or et Michel Suchaut pour la Saône-et-Loire ont passé le flambeau à Pascal Gautheron, nouveau président fraîchement élu.

Nouveau départ pour FM Logistic

Afin de soutenir sa croissance exponentielle sur le territoire national, le leader européen du marché de l’alimentation et des accessoires pour les animaux de compagnie - Fressnapf, maison-mère de Maxi Zoo en France -, a confié l’entreposage, l’approvisionnement de ses plus de 260 magasins et la préparation de ses commandes en ligne, à la plateforme logistique de Savigny-sur-Clairis dans l’Yonne. Un vrai challenge pour le poids lourd du secteur du transport, FM Logistic.

La microbiologie régionale en lumière

Baptisé Harmi, le projet porté par l’Université de Bourgogne Franche- Comté (UBFC) fait partie des 15 lauréats de l’appel à projets national ExcellencES. Coordonné par Laurent Philippot, microbiologiste et directeur de recherche Inrae au sein du laboratoire « Agroécologie » de Dijon, ce projet ambitionne de mieux comprendre les microbes et leurs interactions avec d’autres organismes vivants et de mieux les utiliser pour faire face aux problématiques mondiales actuelles. Doté d’un budget de 14 millions d’euros, il est une vraie chance pour l’UBFC de développer son attractivité au-delà de ses frontières, après le non renouvellement du label d’excellence I-Site.

Rédaction JdP