Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Emco France voit plus grand

Développement. Le leader du tapis technique Emco France s’agrandit et accueille une nouvelle ligne de production de la maison mère allemande.

(Crédit : JDP)

La filiale française éponyme de la société allemande Erwin Müller Compagny (Emco) produit à Dampierre dans le Jura des tapis d’entrée ultra techniques dont le but est la réduction des salissures et de l’humidité dans les zones d’accueil des entreprises et des collectivités. Les origines de leur implantation, dans la petite commune jurassienne de Dampierre, située à mi-chemin entre Dole et Besançon sont assez atypiques. Au début des années 1990 le leader européen de la conception de tapis d’entrée décide de commercialiser ses produits sur le marché français. Une équipe de commerciaux est alors mise en place sur l’ensemble du territoire et Mike Soblys, responsable export du groupe, installé à Lyon, fait le relais pour motiver ces agents de terrain.

Dans une logique de service et de gain de réactivité, le groupe fait le choix d’une fabrication au plus près du marché et est donc en quête d’un site de production français, ainsi que d’un professionnel pour assurer le suivi technique. Un soir, alors que Mike Soblys remonte l’autoroute en direction du siège, la sortie Dampierre, telle une madeleine de Proust, ravive en lui les souvenirs d’un échange linguistique franco-allemand effectué au collège. Sa correspondante française habitait la commune voisine de Fraisans. Il se trouve que le père de celle-ci exploite une petite société d’électroménager. Mike Soblys lui propose alors de rejoindre la société d’outre-Rhin. Ce dernier accepte et devient le premier employé de la filiale Emco France. Un premier bâtiment de 800 mètres carrés voit le jour en 2002. L’entreprise allemande financera par ailleurs, en lien avec la mairie de Dampierre, la reprise des échanges scolaires pour une quinzaine d’élèves des deux écoles.

Process allemand, griffé « Made in Jura »

Au-delà du symbole, la maison mère allemande va très vite saisir tout le bénéfice de cette implantation en terre jurassienne. « Emco France est un ambassadeur historique de la marque Made in Jura, créée en 2003 et destinée à faire connaître les savoir-faire jurassiens. Ainsi l’entreprise combine “deutsche Qualität” et fabrication régionale, appuie Anselme Hoffmann, directeur général d’Emco France. Les Allemands sont très fiers de cet héritage local. Si les process restent germaniques, la mise en œuvre est jurassienne (97 % des produits vendus en France sont conçus à Dampierre). Dix-neuf ans après sa naissance, le “Made in Jura” s’avère être un outil marketing fort auquel les salariés s’identifient de manière positive et qui étend son aura bien au-delà du département. Présente sous forme d’un logo apposé sur tous nos produits, cette marque de territoire est devenue notre signature, plus encore que la “deutsche Qualität” ».


>LIRE AUSSI : La transformation de la filière automobile de BFC accompagnée par l’État et la région


Fruits du mix de ces deux cultures industrielles, sortent des ateliers de Dampierre des tapis uniques extrêmement pointus dans leur réalisation, capables pour certains de supporter le passage de camions de plus de sept tonnes. « Nous sommes les inventeurs d’une technologie novatrice dans le domaine de la barrière anti salissure. Elle se compose de profilés en aluminium, dans lesquels s’insèrent des bandes de moquette, reliés entre eux par des câbles de liaison. De la découpe des profilés, la pose de l’isolant phonique à l’enroulage des tapis et à leur emballage, en passant par le perçage et la mise en place, sous presse, des éléments de moquette, la pose de douilles de renfort, l’assemblage des éléments et le positionnement des entretoises, huit étapes très techniques et quasi manuelles sont nécessaires à la finalisation d’un tapis Emco », explique le directeur général.

Relocalisation atypique

Emco France voit plus grand
Anselme Hoffman, directeur d’Emco France entouré des élus locaux et des représentant allemands d’Emco Group lors de la soirée inaugurale de la nouvelle extension du site de production de Dampierre (Crédit : JDP).

En 20 ans, Emco a vu ses effectifs passer de huit à plus d’une soixantaine de salariés. La société réalise un chiffre d’affaires de 6,9 millions d’euros et affiche une croissance annuelle à deux chiffres. Quelques 20.800 mètres carrés de tapis sont produits annuellement dans les ateliers de Dampierre. Parmi les très beaux marchés décrochés par l’entreprise jurassienne on trouve : le musée Jean Nouvel Design à Paris, le musée Confluence à Lyon, Lascaux IV, la Cité des Arts de Besançon, l’Accor Arena de Bercy ou encore la Chapelle Notre-Dame-du-Haut de Ronchamp, en Haute-Saône... « Même la Covid ne nous a pas freiné, elle nous a amenés à nous réinventer. Avec la fermeture des frontières, l’idée est venue de dispatcher les différents sites de productions destinés à l’internationale afin d’éviter les blocages dans l’approvisionnement de nos clients ».

C’est dans ce cadre qu’Anselme Hoffman a su convaincre ses investisseurs allemands de transferer à Dampierre une nouvelle ligne de production composée de trois machines spécialisées dans la réalisation de tapis à destination des entreprises du bâtiment. Ces produits spécifiques expédiés dans le monde entier étaient jusqu’ici fabriqués uniquement en Allemagne. Ce transfert en France a nécessité un agrandissement des locaux francs-comtois. Ces derniers avaient déjà connu deux aménagements depuis leur naissance, portant la surface à 2.800 mètres carrés. Aujourd’hui, cette nouvelle extension de 1.200 mètres carrés s’accompagne d’un investissement de 1,2 million d’euros pour le groupe allemand.

« Emco France est devenu un centre de compétence unique au sein d’Emco Group et cette nouvelle activité viendra soutenir la stratégie de développement du groupe », affirme le directeur général. L’extension a été financée à 50% par les aides conjointes du plan de relance, de la région et de la communauté de communes Jura Nord. Une dizaine de personnes seront recrutées prochainement. Ils rejoindront les quatre salariés déjà formés sur cette nouvelle ligne qui a débuté sa production en janvier.

Frédéric Chevalier