Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Émile Henry investit 11 millions d’euros dans une nouvelle unité de production

Investissement. Acteur reconnu des accessoires de cuisine en céramique, Émile Henry, fondé en 1848 à Marcigny (Saône-et-Loire), lance le plus important investissement jamais réalisé sur son site avec une enveloppe de 11 millions d’euros. Avec sa future unité de production, l’entreprise entend conquérir de nouveaux marchés.

Émile Henry investit 11 millions d'euros dans une nouvelle unité de production
Émile Henry investit 11 millions d’euros à Marcigny pour installer une nouvelle unité de production pour ses produits de cuisine en céramique. (Crédit : E. Henry)

Les amateurs de belles choses et de cuisine ont sans doute déjà entendu parler d’Émile Henry. Installé depuis ses débuts en 1848 à Marcigny, l’atelier du fondateur a bien grandi. Aujourd’hui l’entreprise familiale réalise un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros et s’appuie sur un groupe de 320 salariés. Fort de son expérience mais aussi de son excellente réputation en France et à l’étranger, le céramiste veut gagner de nouveaux marchés bien qu’il réalise déjà 80% de son chiffre d’affaires à l’export. « L’Argentine et la Bulgarie se développent. La Chine est aussi un marché potentiel même s’il est plus difficile d’accès », explique Jean-Baptiste Henry, sixième génération à la direction, convaincu du potentiel du Made in France et de la qualité de ses produits.

Une nouvelle unité

Financé avec le soutien de France Relance à hauteur de 800.000 euros, l’investissement de 11 millions d’euros donnera naissance à un nouveau bâtiment de 6.500 mètres carrés qui abritera une nouvelle unité de production. « Ce sera un outil flexible, équiper pour concevoir différentes pièces et capable de répondre aux besoins futurs tout en conservant notre dimension manuelle et artisanale. »


>LIRE AUSSI : Socla modernise ses équipements


Le futur site intègrera ainsi les équipements nécessaires à la préparation des pâtes, au façonnage par coulage ainsi qu’un nouveau four ou encore un nouveau séchoir. Le confort des salariés sera également pris en compte tout comme les performances énergétiques. Le bâtiment devrait être opérationnel au premier trimestre 2023 et s’accompagner du recrutement de 45 collaborateurs.

Nadège Hubert