Entreprises

Le marché prometteur de la Résidence Senior

Emploi. Leader sur le marché, la société Domitys lance une nouvelle phase de recrutement en Bourgogne Franche-Comté au sein de ses résidences seniors, un secteur à la croissance insolente.

Lecture 6 min
  • Domitys
    (Crédit : Domitys)
  • Résidence Domitys à Dinard
    (Crédit : Domitys)
  • Résidence Domitys à Villeneuve le roi
    (Crédit : Domitys)
  • Résidence Domitys à Auxerre
    (Crédit : Domitys)
  • Résidence Domitys à La Valette-du-Var
    (Crédit : Domitys)

En plein coeur de la réforme des retraites, plus que jamais, la condition des seniors est au coeur des préoccupations. Entre le maintien à domicile, les EHPAD, l’habitat participatif, les résidences partagées, le vieillissement de la population - 2022 a vu dépasser la barre symbolique des 50 % de plus de 50 ans en France - mais aussi l’allongement de l’espérance de vie (86 ans pour les hommes et 89 ans pour les femmes) et l’amélioration des conditions de santé, se pose désormais la question de l’habitat.

En parallèle des mesures mises en place pour le recours aux aides à domicile, se développe depuis une vingtaine d’années un autre secteur : la résidence senior. En la matière l’un des leader du marché est la société français Domitys, créée en 2001 et qui revendique aujourd’hui plus de 150 établissements en France, dont 8 en Bourgogne Franche-Comté, un en Italie, un à l’ile Maurice et trois en Belgique, environ 15000 logements et 4000 employés : « Nous travaillons sur un modèle hôtelier, explique Charlotte Lorioux, Directrice Développement RH du Groupe Domitys, et nous nous adressons à une population autonome qui ne souhaite pas rester chez elle pour plusieurs raisons ».

Parmi ces raisons, la sécurité, la solitude, le poids des tâches quotidiennes mais aussi, pour les couples : « le besoin de préparer le décès du conjoint sans avoir à s’inquiéter de ce que l’on fera ensuite ». Concrètement les résidences proposent des logements du studio au T3 mais surtout tout un panel d’activités : « Cela peut aller du sport aux rencontres entre résidents, l’aide en informatique, dans les démarches administratives, en passant par le service de restauration, de ménage. Nous essayons chaque fois d’avoir une offre à la carte pour que chacun y trouve ce qu’il cherche ».

Autre impératif : répondre à toutes les catégories sociales : « La moitié de nos résidents ont des revenus inférieurs à 2000 euros par mois ; c’est pour cette raison que nous proposons des prestations qui vont de 1000 à 2500 euros, bien en dessous du tarif des EHPAD du fait que nous ne sommes pas médicalisés ».

500 postes créés par an

Et faisons fi des à-priori : « Si j’avais été seule je ne serais pas venue, explique Denise, 89 ans, en résidence depuis 18 mois à Plombières-les-Dijon. J’aurais vadrouillé chez ma fille. Et me serais fait un sandwich sur un coin d’une table ». La résidence senior est principalement pour elle un espace de liberté : « Je ne voulais pas vieillir à domicile parce que je suis avec mon compagnon (NDLR : Henri, âgé de 93 ans ) et que vivre à deux, c’est aussi avoir des obligations. »


>LIRE AUSSI : O2 s’installe à Beaune pour répondre à la demande


« Ici, j’ai moins de contraintes. Je n’ai pas besoin de penser au ménage, aux repas, ce qui nous libère du temps. Je peux partir en voyage tout en laissant mon compagnon ici en sécurité. Puis pour le moment je conduis mais viendra un jour où ce ne sera plus possible ». Et c’est aussi l’un des atouts de ces résidences selon Charlotte Lorioux : « Nous nous implantons dans des grandes villes ou plus en campagne, mais toujours là où il y des commerces de façon à encourager l’autonomie ». Et la formule semble séduire.

150 résidences créées en 20 ans

Après 150 premières résidences créées en 20 ans, Domitys prévoit aujourd’hui d’en ouvrir une centaine d’ici la fin de l’année 2025. Un atout pour les territoires : « À chaque ouverture nous créons 25 emplois mais nous apportons aussi un soutien au commerce de proximité. En moyenne nous créons 500 emplois par an et devrions passer la barre des 6000 salariés en 2025 ».

L’entreprise largement implantée en Bourgogne Franche Comté vient d’ailleurs de lancer une campagne de recrutement, autant de créations de poste qui répondent aux ambitions de Domitys : « Mailler le territoire, être au plus proche des seniors et leur permettre de rester dans leur environnement et contribuer à l’emploi et au développement des commerces de proximité. Nous sommes, résume Charlotte Lorioux, des facilitateurs de vie ».

Une silver économie qui a permis à l’entreprise de réaliser un chiffre d’affaire de 22 millions d’euros en 2021 et dont la croissance ne semble pas prête de s’arrêter : « Rien que pour la Bourgogne Franche-Comté, plus de sept postes majoritairement des CDI sont à pourvoir » explique Gladys Gros-Desir, en charge de la communication de Domitys.