Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Un contrat historique pour Thermodyn

Industrie. Au Creusot, Thermodyn vient de signer un contrat historique qui permet à l’entreprise de promouvoir son savoir-faire aux États-Unis.

Un contrat historique pour Thermodyn
Forte de son savoir-faire dans la fabrication compresseurs intégrés, l’entreprise creusoise vient de signer un contrat historique. (Crédit : Thermodyn)

En signant avec Driftwood Pipeline une commande de plusieurs dizaines de millions d’euros pour la livraison de quatre compresseurs ICL (développés par Thermodyn) de 140 tonnes chacun, le fabricant de turbines et de compresseurs pour l’industrie pétrolière et gazière creusotin Thermodyn pose un premier pied aux États-Unis et s’offre une porte d’entrée vers des marchés plus importants.


>LIRE AUSSI : Metic, dans les tuyaux de l’industrie locale


Outre une reconnaissance du savoir-faire de l’entreprise qui emploie 400 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros, Florent Boche, président de l’entreprise y voit une opportunité d’investir des marchés comme la Chine. Pour les ingénieurs, ce contrat revêt aussi un défi puisque les quatre compresseurs intégrés d’une puissance de 19 mégawatts qui devront être livrés fin 2023, début 2024, seront les plus gros jamais construits au sein des bureaux d’études et des ateliers de Thermodyn.

Une activité dépendante de la géopolitique

Plus encore, cette commande ouvre la voie à une seconde portant sur cinq machines permet à l’entreprise de faire face à une inflation qui a vu augmenter certains matériaux de 20%, une augmentation entièrement absorbée par l’entreprise, et qui promet un troisième trimestre historique, et probablement de nouvelles embauches. Le malheur des uns faisant toujours le bonheur des autres, Thermodyn compte sur les impacts de la guerre en Ukraine, la fermeture du marché russe et l’ouverture de nouvelles souches d’approvisionnement en gaz et en pétrole - particulièrement avec les États-Unis.

Un marché à l’exportation qui représente aujourd’hui 80% des ventes sur les 120 millions réalisés chaque année, les 80 millions restant étant assurés par la maintenance et les service après-vente. Une bonne nouvelle donc sur un marché concurrentiel dans lequel la fabrication de série ne représente pas plus de 10% des ventes, également encouragée par la coopération dans le secteur de la défense, avec notamment la fabrication d’éléments pour les sous-marins nucléaires Barracuda, qui vont progressivement venir en remplacement des Rubis et qui donnent à l’entreprise à la fois une visibilité sur les vingt prochaines années mais aussi une crédibilité dans la haute-technologie.

Antoine Gavory