Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Une business school de l’alternance à Dijon

Formation. Le réseau d’écoles Pigier s’agrandit avec un nouvel établissement sous franchise, à Dijon.

Une business school de l'alternance à Dijon
(Crédit : JDP)

C’est une ancienne élève qui est à l’origine de l’ouverture de cette nouvelle “business school de l’alternance”, à Dijon. Christie Le Bihan a intégré le groupe Pigier il y a huit ans dans le cadre de son bac+5 en alternance dans les ressources humaines. «  J’ai commencé en tant que chargée de recrutement sur le campus Pigier Nice, se souvient-elle. Et finalement, à l’issue de cette alternance, j’ai eu une proposition de poste  ». Conseillère en formation pendant cinq ans, elle a par la suite intégré le campus Pigier de Dammarie-lès-Lys, en Seine-et-Marne.


>LIRE AUSSI : Livres dans la Boucle 2022 : une édition riche en nouveautés


«  J’ai toujours travaillé pour le groupe Eduservices et au bout de sept ans, je me suis remise en question, j’avais envie de quitter le réseau d’écoles en gestion direct pour créer mon propre campus sous franchise  », confie Christie Le Bihan, qui a finalement préféré Dijon à Clermont-Ferrand pour suivre son mari fraîchement recruté par le DFCO. Installé au numéro 8 de l’avenue Jean Bertin, au cœur du Parc technologique, le nouveau campus dijonnais Pigier a ouvert ses portes à la rentrée de septembre à quelque 130 élèves du niveau bac au bac+5.

Une trésorerie de 300.000 euros pour le démarrage

Particularité de ces formations  ? «  Du bac au bac+5, toutes les formations sont en alternance avec un rythme de deux jours de formation et trois jours en entreprise jusqu’au bac+3 puis une semaine de formation et trois semaines en entreprise pour les bac+4 et bac+5.  » Deux diplômes d’État (des BTS Management commercial opérationnel et Comptabilité gestion) ainsi que cinq titres certifiés par l’État (un bac+2 Assistant et attaché de direction, un bachelor et un MBA en ressources humaines et un bachelor et un MBA en commerce) sont aujourd’hui proposés.

Sur 800 mètres carrés, sept salles de cours ont déjà été aménagées et huit devraient l’être d’ici la rentrée prochaine. «  Nous ouvrirons en 2023, deux nouveaux bac+3 (gestionnaire comptable et financier et communication digital) et un diplôme d’État de secrétaire médical  », annonce Christie Le Bihan. Un projet global qui a demandé un certain investissement  : «  Il y a un tel décalage de trésorerie, qu’il vaut mieux avoir 300.000 euros de côté, pour commencer  ».

Antonin Tabard