Informations régionales économiques et juridiques
92e année

Une entreprise bisontine finaliste des trophées INPI

Innovation. Depuis 30 ans, les trophées INPI récompensent des entreprises ayant fait montre de leurs capacités d’innovation. Parmi les 15 PME qui concourent pour obtenir la précieuse récompense le 25 novembre prochain, l’entreprise bisontine Archeon pourrait l’emporter.

Archéon, finaliste des trophées de l’INPI, a imaginé un dispositif pour faciliter la prise de décision dans les situations d’urgence. Pierre-Edouard Saillard

Export, industrie, innovation responsable, recherche partenariale et start-up, pour cette édition célébrant ses 30 ans, l’INPI, institut national de la propriété industrielle, choisira un lauréat dans chacune de ces cinq catégories. Trois entreprises bourguignonnes restent en lice parmi les 15 finalistes. Crossject et Synthesis of Nanohybrids (SON) à Dijon ainsi qu’Archeon, installée à Besançon ont ainsi été repérées par les chargés d’affaires en propriété industrielle, présents en région.

Au quotidien, leur rôle est de rencontrer les entreprises et les accompagner dans leur démarche de propriété industrielle. Un jury de 18 personnes, présidé par Hélène Szulc, directrice générale de Tech Sub, choisira les heureux gagnants le 25 novembre prochain.

L’intelligence artificielle pour porter secours

Seul finaliste représentant la Franche-Comté, Archeon, dirigé par Alban De Luca, développe et commercialise des dispositifs médicaux basés sur l’intelligence artificielle pour la médecine d’urgence et le secourisme. L’entreprise créée en 2018 compte aujourd’hui 15 salariés et affiche un chiffre d’affaires de 500 000 euros dont près de la moitié se fait à l’export.

Archeon s’appuie sur neuf brevets et demandes de brevets en France et à l’international pour protéger ses technologies qui visent à aider les secouristes à prodiguer les soins en toutes circonstances. En effet, la start-up a mis au point le premier dispositif médical commercialisé au monde qui permet d’interpréter les variables de la ventilation prodiguée au patient, et de donner un retour visuel aux secouristes en temps réel. Grâce à une meilleure communication, le dispositif contribue à une meilleure prise de décision en situation d’urgence.

Pierre-Edouard Saillard

La jeune entreprise s’intéresse en particulier au développement de solutions liées aux arrêts cardiaques, première cause de mortalité au monde mais d’autres projets sont en cours de développement, dont un financé par la Commission Européenne dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Nadège Hubert