Informations régionales économiques et juridiques
93e année

La Glacière Dijonnaise, une glacière pas comme les autres

Restauration. À Bretenière, la Brasserie des Trois Fontaines se diversifie en produisant des glaçons et de la glace pilée depuis 2019. Devant les besoins et les commandes en provenance de toute la Bourgogne-Franche-Comté, l’entreprise, sous la marque la Glacière Dijonnaise, va investir dans des équipements et sur le territoire.

À la recherche de glace pilée en grande quantité pour ses besoins personnels, le couple Berthiot a mesuré les difficultés à en trouver. Il a donc profité d’un agrandissement de la Brasserie des Trois Fontaines à Bretenière pour intégrer une nouvelle activité : la fabrication de glaçons et de glace pilée. Le couple a d’abord investi 30.000 euros dans une chambre froide capable de stocker une tonne de glace et dans deux machines et donné naissance à la marque la Glacière Dijonnaise. La première fabrique 150 kilogrammes de glace pilée par jour, la seconde, 200 kilogrammes de glaçons quotidiennement.


>LIRE AUSSI : Christophe Espanel : mise en bière écologique


« En 2022, nous pensons dépasser les 30 tonnes de glaçons » précise Peggy Berthiot. La glace produite s’adresse aux particuliers et aux professionnels de la restauration ou de l’alimentation car elle s’appuie sur une eau traitée au charbon actif pour répondre aux exigences sanitaires. « Notre réseau pour la brasserie est le même pour la glace car les clients prennent leurs boissons en même temps. » La Glacière Dijonnaise intervient également en renfort pour ces professionnels. « Ils ont souvent leur propre machine mais quand elle tombe en panne ou ne suffit pas pour un évènement exceptionnel, ils font appel à nous. »

Plus de glace, partout

Même si les machines de la Glacière Dijonnaise ne tournent pas encore à plein régime, la Glacière Dijonnaise entend se développer en s’implantant sur le territoire pour réduire les coûts de livraison tant pour les particuliers que les professionnels. « Nous voulons installer des dépôts-vente en Côte-d’Or, en Saône-et-Loire, dans l’Yonne et ensuite dans le Jura et le Doubs. » L’entreprise devrait investir entre 50.000 et 60.000 euros dans de nouvelles machines à glace et deux chambres froides pour stocker cette nouvelle production. « Nous espérons monter la production à 60 tonnes de glace avec ces nouveaux équipements. »

Nadège Hubert