Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Les paysagistes à la rencontre des enfants de Beaune

Urbanisme. L’Union des Entreprises du Paysage Bourgogne Franche-Comté part à la rencontre des élèves de la région, en commençant par Beaune pendant deux jours en ce mois d’octobre. Par l’intermédiaire d’un jardin mobile, la profession souhaite sensibiliser la jeune génération à la végétalisation des villes et aux métiers en lien avec les espaces verts.

Les paysagistes à la rencontre des enfants de Beaune
Les écoliers se sont montrés curieux devant le jardin mobile de l’Unep. (Crédit : A. Bouhand)

Une centaine d’élèves des écoles élémentaires Blanches Fleurs et Bretonnière de Beaune ont profité de la visite du jardin mobile imaginé par l’Union des Entreprises du Paysage Bourgogne-Franche-Comté regroupant 1.320 entreprises avec 245 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les 20 et 21 octobre, une dizaine de représentants de la profession ont poussé les portes des établissements scolaires.


>LIRE AUSSI : Le renouvellement urbain s’accélère au sud d’Auxerre


« Nous voulons faire connaître les bienfaits des espaces verts en ville et peut être susciter des vocations » explique Cédric Morel, président de l’Unep BFC. Pour séduire les élèves, les paysagistes s’appuient sur un jardin mobile, une remorque de six mètres de long, avec des espaces végétalisés et d’autres bétonnés. « Nous avons installés des arrosoirs pour que les enfants puissent suivre la circulation de l’eau dans les sols grâce à des tubes. » En parallèle, les enfants utilisent deux loupes pour constater la présence ou l’absence de micro-organismes dans les sols en terre ou en béton.

Les paysagistes de demain

De leurs côtés, les instituteurs se montrent friands de ce type d’animation qui apporte du concret à leur leçon. Les enfants ont participé à la plantation d’un chêne vert, offert par les professionnels à l’établissement, pour leur montrer son rôle de régulateur de température. « Nous voulons laisser une trace dans les écoles tandis que les enfants repartiront avec un pot où ils ont semé une graine de cresson qu’ils pourront rapidement voir grandir. » En amenant les élèves à mettre les mains dans la terre et le paillage, les paysagistes espèrent certains déclics. « Nos professions sont faites de passionnés alors nous voulons les amener à regarder les végétaux autrement. » 455 postes restent à pourvoir dans ce secteur dans la région tandis que les entreprises de l’Unep emploient 3.400 salariés. Au printemps prochain, l’Unep installera son jardin mobile dans des écoles dijonnaises avant de se rendre à Auxerre ou Besançon au cours de l’année suivante.

Nadège Hubert