Informations régionales économiques et juridiques
93e année

Best of : ce qu’il ne fallait pas manquer en 2021 (4/5)

Retrospective. Pour finir l’année et avant d’entamer 2022, l’équipe du Journal du Palais a sélectionné les actualités qu’il fallait retenir, vous proposant chaque jour un échantillon de ce qu’il s’est passé en Bourgogne Franche-Comté en 2021.

Le prothésiste Proteor voit plus grand

Leader français de l’orthopédie externe, Proteor engage six millions d’euros pour agrandir son atelier de fabrication à Seurre, devenu trop exigu, afin de répondre à la montée en puissance des commandes de prothèses et d’orthèses sur-mesure passées par une soixantaine de centres orthopédiques en France. Les travaux, débutés à l’été 2021, devraient s’achever en juin 2022 pour accueillir les activités logistiques du site.

L’espace libéré sera ensuite aménagé pour agrandir l’atelier, passant de 1.800 à 3.300 mètres carrés, en septembre 2023. « Chaque année, 22.000 dispositifs médicaux sortent de cet atelier. Ce nouvel aménagement nous permettra d’augmenter la production annuelle de 10 % avec l’objectif de la doubler », complète Sophie Desbois, directrice marketing et communication chez Proteor.

Gare de Dijon : un deuxième été pour tout changer

La gare de Dijon-Ville – 16.000 voyageurs et 360 circulations ferroviaires quotidiennes en 2019 – entre dans la dernière étape de sa mise en accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Si de la naissance de l’idée à sa réalisation, il aura fallu attendre sept ans, selon les propos de François Rebsamen, président de Dijon Métropole et maire de la ville, deux ans seulement suffiront à métamorphoser la première gare de Bourgogne Franche-Comté « du quai au plafond ».

Dotés d’un budget de 39,4 millions d’euros cofinancés par l’État (56 %), la région (39 %) et Dijon Métropole (5%) les travaux ont débuté en février 2020. Ils ont repris en mars et doivent s’achever début 2022. Un changement de visage qui n’affectera pas seulement les quais mais aussi l’ensemble de la gare avec des espaces d’attente modernisés, un système de vidéo en gare pour informer les voyageurs, un espace de coworking qui ouvrira à la rentrée...

Trois cents millions d’euros pour la LGV Paris-Lyon

La modernisation de la voie sur la LGV Paris-Lyon, qui a débuté en 2020 et s’achèvera en 2023, représente un investissement de plus de 300 millions d’euros financés par SNCF Réseau sur environ 160 kilomètres de voie. Jusqu’en décembre 2021, les travaux se concentrent entre Pasilly, dans l’Yonne et Lacour d’Arcenay en Côte-d’Or. Au total, 55 kilomètres de voies seront renouvelés sur cette zone, axe ferroviaire le plus circulé de France, soit 88.000 traverses et 50.000 tonnes de ballast remplacées.

Un chantier d’envergure d’un montant de 63 millions d’euros. Par ailleurs, ces travaux qui font appel à dix entreprises, génèrent indirectement des retombées économiques liées à l’hébergement et à la restauration des personnels de chantier. Ce qui représente l’équivalent sur une année de 315 emplois directs, et 264 emplois indirects.

Robin Aircraft lauréat de France Relance

Seul constructeur d’avions monomoteurs en bois au monde, la société Robin Aircraft à Darois, a reçu une aide d’1,7 million d’euros de France relance. Un coup d’accélérateur qui devrait donner de la portance à un ambitieux plan de développement chiffré à un peu plus de cinq millions d’euros.

Du déménagement dans de nouveaux locaux à l’investissement dans un parc machines plus moderne en passant par la conception d’un nouveau moteur innovant, les projets d’avenir de l’avionneur passent également par d’importants besoins en recrutements. Une tâche complexe que Défense Mobilité, l’agence de reconversion du personnel des Armées, est en passe de relever avec succès.

Rédaction JdP